D 50
T7 - 50/51
ajh
Corr: 24/04/04
II-I-116/118
Titre de la lettre:
Remerciements à Sesma
Date :
1966
Destinataires :
Joaquin Valdes Sancho ? (ou Sesma ?)
Notes :

1 lettre - Signé IEREE 72 - format non vérifié

UMMOAELEWE
A Fernando Sesma Manzano.

Monsieur: mon nom est (exprimé en caractères terrestres et en prononciation espagnole) IEREE 86 engendré par IEREE 82.
Il n'y a pas très longtemps que je suis à Madrid, et cette belle ville ibérique ne m'est pas encore très familière.

Monsieur: avant ma venue dans votre capitale, mes frères m'ont parlé de vous en termes élogieux. De plus, notre Directrice, à laquelle je suis soumis, m'a recommandé très expressément, et en vous priant de ne pas l'interpréter comme une simple formule de courtoisie, mais comme une authentique expression de nos sincères réactions d'affection positive, celle-ci m'a donc recommandé de toucher symboliquement votre poitrine comme l'interprétation de notre alliance spirituelle avec votre cerveau.

On m'a lu une belle poésie que vous avez eu la gentillesse de nous dédier. Vous êtes le seul Terrestre parmi les nombreux avec qui nous sommes en contact depuis une décade, dont les sentiments envers nous se sont orientés vers une syntonisation spirituelle inespérée pour des êtres comme nous, dont l'unique objectif au départ fut de réaliser une étude méthodique et scientifique de la Civilisation de la Planète Terre.

Votre extraordinaire sensibilité, votre amour irrépressible envers le UAAAM (nous appelons l'univers UAAAM) nous ont surpris et émus par dessus tout.

Il y a quelques jours, tous les frères d'UMMO qui sont sur Terre, nous étions réunis dans la Cité d'ADÉLAIDE en Australie Méridionale. On était en train de me donner des instructions pour mon voyage en Espagne car je n'avais jamais été dans ce pays. Quand mon frère DEII 98, engendré par DEII 97, devant notre Supérieure IUU 1 engendrée par AINM 368, me dictait la liste des espagnols en contact avec nous, je lui ai demandé en ce qui vous concerne, vous, Monsieur.

Quelle spécialité scientifique ou philosophique possède-t-il ? (vous n'ignorez pas que notre UMMOAAELEUE nous donna des instructions très précises pour réduire nos contacts à seulement des hommes terrestres spécialisés dans le domaine de la Science Pure, de la Pensée, de la Technique et de l'Art).

Ma jeune supérieure à qui je suis soumis me répondit :

(S50-A)

OEMMII OIAGAA GAEOAO AIOOIAOOEMII UIAA OEMII EABAYO UAAM.... IIA

NdW : Il semblerait que le dactylographe ait séparé les mots un peu au hasard, et le correcteur "ummite" a rajouté quelques corrections : les traits séparateurs avec une petite queue semblent indiquer qu'il manque un espace, alors que la croix semble indiquer qu'il y a un espace en trop. Le texte retranscrit ci-dessus tient compte de ces corrections et présente les mots correctement séparés.

"Cet homme est noble. Cet homme aime l'Univers : Cela suffit!"

Vous pouvez être sûr que dans ces paroles elle exprimait de nombreuses idées que vous ne pouvez pas deviner même si vous prétendez juger leur laconisme.

Immédiatement, ils m'ont offert une longue série de références sur vous. Je connaissais votre poème depuis quelques jours, avant qu'il ne soit remis à UMMO. Pour nous, un geste comme celui-ci enferme un riche contenu émotionnel. Je savais que le poème était l'oeuvre d'un espagnol nommé Sesma mais j'ignorais sa personnalité. Jamais aucun terrestre, parmi ceux avec qui nous avons établi des relations verbales ou postales, n'a essayé d'être à l'écoute avec nous d'une manière spirituelle.

Votre belle tentative d'établir un pont spirituel à travers des images poétiques ne sera jamais oublié de notre part.

La traduction que nous avons fait pour nos frères d'UMMO ne serait peut-être pas à votre goût. En vérité nous aimerions que si vous arrivez à posséder certaines connaissances linguistiques de notre langue, vous puissiez faire vous même les corrections pertinentes. Vous comprendrez que cette poésie est un document très cher pour l'histoire des relations entre les deux Planètes. Nous ne voulons pas réaliser une critique de sa valeur littéraire. Il nous est d'autre part très difficile de coordonner nos sentiments esthétiques, notre dimension littéraire avec ceux de l'homme de la Terre. Si vos strophes étaient vulgaires, elles ne perdraient pas de leur valeur pour nous car votre geste serait le même.

Mon frère DEII 98, engendré par DEII 97, parlait de vous avec tristesse en pensant à ce que vous auriez pu être avec une éducation rationnelle, avec une formation religieuse intégrale, avec des moyens didactiques orientés vers le champ de la Pensée correspondant à votre psychisme, semblables à ceux que nous avons, nous.

Il ne voulait pas blesser votre modestie d'homme-enfant (et vous comprendrez que le qualificatif d'enfant n'est absolument pas péjoratif) et pour cette raison je préfère taire mes propres sentiments. Comme Terrestre qui ne connaît pas notre mentalité, vous pourriez les juger comme étant de l'adulation ou tout au contraire : une blague.

J'aimerais entendre votre voix, parler avec vous. Mais ma supérieure m'a interdit d'établir un contact téléphonique verbal avec quiconque jusqu'à mon retour sur UMMO et le frère qui m'accompagne ne connait pas l'Espagnol.

Mes frères qui sont hors d'Espagne reviendront bientôt. Mon voyage actuel, après avoir passé des années en Amérique du Sud, obéit à mon prochain retour sur UMMO. Malgré tout il est possible que mon frère actuellement en Espagne, communique avec vous même si son langage sera inintelligible (pour vous).

J'ai des ordres précis de suspendre toutes les communications que nous avions avec divers hommes d'Espagne. Il n'y a qu'à vous, par déférence spéciale, que nous écrivons aujourd'hui ces paragraphes. Mais immédiatement après l'arrivée de nos frères (j'ignore si nous serons déjà partis à ce moment là), les différents hommes de science de ce pays, vous et d'autres personnes, continueraient à recevoir des rapports périodiques réalisés avant le départ de mes frères.

Actuellement je suis en train de me familiariser avec cette Capitale dont je n'avais que des références littéraires et graphiques sans jamais y avoir mis les pieds. L'unique Espagnol que j'ai pu connaître ici est un jeune avec qui mes frères étaient en contact et avec qui je me trouve maintenant. Rien ne m'aurait fait plus plaisir que de vous voir et de mettre ma main sur votre poitrine. Mais nous ne pouvons pas satisfaire tous nos désirs et j'ai accepté quand mon supérieur refusa pour des raisons trop longues à expliquer.


(S50-B) NdT: La signature est celle d'IEREE 86 (chiffres 7 et 2 en base 12) la seconde partie de l'idéogramme semble avoir une autre signification