D41-14
T8-58a/59

Traduction: AJH
Dernière Modification: 16/09/2017
Format non encore vérifié
Titre de la lettre : - rapport accessoire sur les arts graphiques
Date : 1966
Destinataires : Monsieur Sesma
Langue d'origine : Espagnol
Notes : Lettre 14 d'un total de 112 pages
Anciennement classée en fin de D65

RAPPORT ACCESSOIRE SUR LES ARTS GRAPHIQUES.

Il peut sembler bizarre pour les spécialistes de la Terre en typographie, reproduction photomécanique, reprographie et tirage, que nous concédions aussi peu d'importance aux matériels imprimés.

Cette vision des choses est incorrecte : en premier lieu il n'est pas vrai que les techniques de reproduction sur support laminaire (NOUS N'EMPLOYONS JAMAIS DE PÂTE DE CELLULOSE) soient abandonnées comme nous le verrons ensuite. D'autre part, considérez que si au niveau de notre civilisation nous devions dépendre du registre documentaire imprimé comme vous le faites encore, nous les hommes d'UMMO serions morts " asphyxiés" par un immense patrimoine de montagne de papier imprimé.

Dans la pratique et pendant que nous restons dans notre XAABII (FOYER) une pièce que nous ne dénommons phonétiquement UULODAASAABII, pourvu d'un énorme écran sphéroïdal (HÉMISPHÉRIQUE) nous sert de visualisateur pour consulter le document que nous le désirons lire. Avec l'avantage que de nombreux graphiques dessinés peuvent être vus stéréoscopiquement. Un UUGEE (ENFANT) peut ainsi étudier une série de formes géométrique polyédriques, en les voyant réellement dans l'espace, au lieu de se contenter de simples projections bidimensionnelles, en s'éduquant ses tendances eidétiques stéréo spatiales.

Mais naturellement nous ne sommes pas toujours à l'intérieur de nos habitations. Il n'est pas non plus toujours commode de porter les équipements pourvus de UEIN GAA EIMII (ÉCRAN VISUALISATEUR D'IMAGES) qui remplacent nos UULODASAABII pendant nos voyages. C'est alors que nous pouvons réellement avoir besoin du texte imprimé, d'une photographie tridimensionnelle imprimée, de graphiques, dessins au diagramme, plan ou cartes géographiques, tables numériques, abaques monographiques, etc. ...

Des équipements auxiliaires dénommés GAA OBEE agissent comme transducteurs en convertissant l'information codée, stockée dans les XANMOO, en image imprimée (CARACTÈRE LISIBLE : PHOTOGRAPHIE OU DESSIN ET GRAPHIQUES ).

Mais la vie de ces documents imprimés est éphémère. Même plus courte que celle des journaux que vous lisez. Aussitôt utilisé, et pour éviter l'accumulation d'un matériel stérile et que nous pouvons reproduire commodément à volonté, il est détruit, dissous dans un mélange d'acides appropriés.

Comme vous le voyez vous-mêmes la solution au problème relatif à la reproduction de documents imprimés diffère dans notre monde en comparaison à celle apportée par les terrestres.

Quand vous devez composer le texte d'un livre, le typographe extrait les lettres du chevalet, en composant la forme sur sa rangée pour enfin l'imprimer à la fin. En s'aidant d'une simple presse à platine ou d'une machine Plane, qui encre préalablement la forme au moyen d'un cylindre adéquat. La feuille de papier cellulosique a recueilli le format du caractère typographique par transfert de l'encre grasse.
Ou bien, pour automatiser plus le processus, ils auront recours à une linotype dans laquelle un jeu de matrices et un dispositif de fonte remplace avantageusement la composition manuelle et mêmes les équipements automatiques de monotypie.

Si au contraire ils désirent reproduire une photographie ou un dessin, ils auront recours à l'aide des procédés photomécaniques en Photogravure "directe" ou "par ligne" respectivement. En photographiant l'image sur une plaque lame de zinc sensibilisée, et en s'aidant de trames dans le premier cas, pour obtenir par le mordant des acides un cliché ou un groupe de clichés (s'ils désirent par exemple l'impression colorée d'une tétrachromie).

D'autres fois ils utiliseront pour la reproduction d'images, l'obtention d'un cliché métallisé, dont les fines perforations obtenues par un appareil électronique, permettront l'impression au moyen d'une Multicopieuse, ou bien ils sensibiliseront une plaque de sélénium au moyen de potentiels électrostatiques élevés (PROCEDE TRES SEMBLABLE AUX ANTIQUES METHODES SUR UMMO) comme vous le faites avec les photocopieuses Xérographiques.
Ou ils disposeront de diverses méthodes semblables à la photolithographie, l'héliogravure, les procédés thermoplastiques ou l'impression électrostatique par projection d'encres, l'impression photostatique au moyen d'un tube de rayons cathodiques pour la typographie (Qui est le dernier procédé inventé par les terrestres dont nous avons connaissance) etc. etc.

Précisément cette très grande gamme de procédés qui va des anciennes fabrications d'une planche pour la gravure chalcographique, la gravure à l'eau-forte et la lithographie, jusqu'au moderne cliché de photolithographie, a été remplacé par nous par un seul procédé universel de reproduction.

Il est naturel qu'au niveau actuel de la technique terrestre vous ayez besoin de disposer d'autant de techniques d'impression pour satisfaire les besoins de visualisation qu'exigent les hommes de votre planète. Il ne vous sera pas possible de satisfaire avec la même machine par exemple un timbrage en relief et une affiche publicitaire de couleurs brillantes (obtenu par sérigraphie), les trames délicates et d'une trichromie en offset, ou la signalisation des routes au moyen de peintures réfléchissantes.
La base de notre procédé de reproduction de documents est totalement différente. N'importe quel technicien en art graphique le comprendra parfaitement et dans la suite prochaine de ce même rapport accessoire nous le décrirons sommairement. Il est clair que l'actuel stade de la science et de la technologie de votre planète ne permettra pas de le mettre en pratique mais pourra servir d'orientation comme nous le suggérions au Docteur Huber Suter de la République Fédérale d'Allemagne dans un rapport (lequel fut commenté sarcastiquement par le dit Docteur) pour la planification future des techniques reprographiques terrestres.