D41-10
T8-52 et 53

Traduction: AJH
Dernière Modification: 16/09/2017
Format non encore vérifié
Titre de la lettre : - Lettre à Sesma avec critique du dactylographe
Date : 1966
Destinataires : Monsieur Sesma
Langue d'origine : Espagnol
Notes : Lettre 10 d'un total de 112 pages

RAPPORT D'EXPLICATION POUR MONSIEUR D. FERNANDO SESMA MANZANO

Quand je me trouvais en train de dicter les paragraphes contenus dans le rapport joint, se référant à nos pratiques habituelles dans les UIW qui précèdent le sommeil, notre gentil ami espagnol qui dactylographie toutes nos notes nous a attiré l'attention, surpris, sur une affirmation que nous formulions dans le rapport mentionné.

En toute logique nous avions cru qu'il n'était pas nécessaire de faire une déclaration sur un sujet que les terrestres devait connaître car il traite d'un concept physique habituel présent dans tous les traités élémentaires de cette science. Sinon nous nous verrions obligé chaque fois que nous prononçons un mot ou énonçons une affirmation banale de la démontrer à la lumière de la science terrestre commune.

Nous nous référons à l'affirmation que nous avons intercalée en guise d'exemple. :

(... En installant une balance terrestre à l'intérieur d'une chambre pour comparer deux masses : Un kilogramme de fourrage ou de paille sur un des plateaux et un kilogramme de plomb sur l'autre, en observant que le fléau de la balance s'incline en faveur du plomb ...).

Nous avons observé un geste d'autosuffisance et un ton goguenard chez notre ami (un expert commercial qui nous aide) et la question agressive et mordante de celui qui, dans son ignorance, se réjouit intérieurement de "nous avoir surpris dans l'erreur" et bien qu'ensuite humblement il a reconnu son erreur, son geste nous a remplis de tristesse.

Non pas pour le ridicule dans lequel se trouve la personne ignorante qui en essayant de corriger ses frères commet une erreur encore plus grave, mais pour la malsaine tendance qui vous pousse à humilier vos proches quant ils font une erreur, pour la précipitation avec laquelle vous jugez les fautes de vos frères, sans les soumettre avant même à une analyse superficielle pour vérifier qu'en effet il s'agit d'une erreur.

Nous ne voulons pas, par ceci, vous indiquer que l'attitude la plus idoine ou morale est de toujours se taire et de ne pas opposer d'objections : au contraire : vous les terrestres devez être animés par une véritable obsession à vous former, à vous éduquer, à apprendre. Et pour cela vous devez questionner. QUESTIONNER SANS CESSE, présenter des objections quant vous ne comprenez pas quelque chose. Mais TOUJOURS avec humilité, avec précaution, avec l'esprit prédisposer à admettre que la raison PEUT NE PAS ÊTRE DE VOTRE PART. En repoussant tout dogmatisme et parti pris qui dans le fond constitue un des facteurs qui font que vous êtes malheureux sur cette planète.

Présenter agressivement une attitude de doute devant les affirmations des autres, être tapie pour bondir sur un frère, en l'accusant d'être dans l'erreur pour l'humilier devant les autres et sentir en vous-mêmes une morbide allégresse de sadisme triomphant, est une triste manière de ne pas évoluer, de stagner dans le stade immobiliste des aliénés par le dogmatisme.

Il vous suffira de lire un traité élémentaire de physique pour vous rappeler un principe que vous appelez du nom de PRINCIPE D'ARCHIMÈDE. Toute Masse immergée dans un fluide quelconque (LIQUIDE, GAZ, PLASMA) est soumise à une poussée dynamique de signe contraire à la force de gravité. Ce principe est valable dans tout champ gravitationnel. LA FORCE DE POUSSÉE à une valeur équivalente au poids d'un VOLUME IDENTIQUE du FLUIDE DÉPLACÉ par cette masse. C'est-à-dire : un kilogramme masse de fer dans un récipient plein de mercure NE PÈSERA PAS UN KILOGRAMME POIDS, non plus qu'un KILOGRAMME MASSE de plomb ne pèsera pas exactement un kilogramme poids à l'intérieur d'une chambre remplie du " FLUIDE AIR ". Et le KILOGRAMME MASSE de fourrage ou paille se verra soumis aussi à une poussée plus grande due à son volume plus important.

De telle façon qu'il serait faux d'affirmer qu'un kilogramme masse de plomb pèse comme un autre de paille si nous faisons la comparaison dans l'air, comme de coutume. Cela ne sera vrai que (ET SEULEMENT À MOITIÉ À CAUSE DE L'INTERVENTION D'AUTRES FACTEURS QUE NOUS N'ÉNONÇONS PAS ICI) si vous vérifiez la pesée dans le VIDE ABSOLU.

Il est clair que la différence est quasi imperceptible et nécessiterait une balance d'une grande précision pour le constater. C'est pourquoi nous vous donnions cela comme un exemple concernant notre sensibilité cénesthésique capable de discriminer de très petites différences dynamo musculaires.

Nous vous envoyons ce rapport accessoire afin d'éviter une fausse interprétation. Il n'est pas nécessaire que vous le donniez à vos amis et familiers si, comme c'est à espérer, ils n'adoptent pas une attitude pédante de critique concernant l'observation citée. Mais dans le cas contraire il serait utile de la lire aux détracteurs pour lever les malentendus. Nous comprenons que nous devrions toujours agir ainsi lorsque le risque d'être mal compris existe au long des rapports. Mais nous ne vous cachons pas que les explications accessoires devraient se multiplier jusqu'à l'infini. Imaginez ce que cela supposerait parfois en énorme montagne de pages dactylographiées.

Écrit par DA3 fils de EYEA 502.

Soumis à DEII 98, fils de DEII 97