D 105-2
T4-6/9
ajh
Corr: 02/05/04
I-I-179/183
Titre de la lettre:

L'âme et le temps. L'esprit collectif - Les IBOZOO UU - Le pluricosmos.

Date :
12 mars 1973
Destinataires :
Monsieur Dominguez
Notes :

(seconde des 2 lettres - 3 pages - envoyée de Londres )
Note préalable du traducteur:
L'espagnol, "ser" (pluriel: "seres") se traduit par "être". Difficile en francais de parler "d'êtres inanimés" pour des pierres par exemple.. J'ai donc choisi une traduction par "entités" mais j'indique en Ndt qu'il s'agit de "ser(es)" dans le texte espagnol s'il peut y avoir un doute (note qui s'affiche en popup lorsque vous passez la souris dessus). J'ai par contre gardé la traduction par "êtres" lorsqu'il s'agissait d' "êtres vivants".

Conservez cette copie Monsieur JUAN DOMINGUEZ.

Vous savez bien que pour un Oemii dont le processus de formation implique un degré élevé de complexité neurocorticale, le temps apparaît comme la sensation consciente d'un flux d'événements dont la flèche est définie par la comparaison de deux événements quelconques, pris comme référence. Nos mécanismes mentaux, en opposant ces états là, évaluent consciemment - inconsciemment le fait que l'un d'eux soit toujours plus complexe en informations accumulées que l'autre. De cette façon nous fixons la flèche du temps.
Nous exprimerons ceci d'une autre manière pour vos frères moins préparés: Comment saurons-nous aujourd'hui que le temps passe en avançant depuis le passé vers le futur ? Nous opposerons deux épisodes : celui du matin quand nous avons lu dans la presse une nouvelle concernant un accident catastrophique de train, et celui de l'après-midi quant une station radio a enrichi notre information, nous apportant les noms des morts durant le déraillement.

Observez que toute la mesure du TEMPS s'est circonscrite à constater des niveaux différents d'information. En un instant donné, la montre observée ou le pouls contrôlé suppose la comptabilisation d'un nombre déterminé de révolutions d'un engrenage ou d'enregistrement du nombre d'impulsions cardioïdes de pompage pour le plasma sanguin. Ce que vous appelez "un instant après" c'est observer une augmentation d'information, représentée par un nouveau nombre de tours du moteur ou par des impulsions nerveuses activant les fibres musculaires du cœur.
Dit d'une autre façon : la richesse ou l'incrément informatif c'est LE TEMPS, non LA FONCTION DE TEMPS COMME LE PENSENT QUELQUES THÉORICIENS DE LA TERRE.

N'importe quelle physique qui prétend mesurer une grandeur qui a son tour SOIT FONCTION DU TEMPS, est en réalité en train de mesurer UNE FONCTION D'INFORMATION. Un chronométreur qui prétend avoir évalué la vitesse à laquelle se déplace un JET dans l'espace, en réalité n'a pas mesuré plus qu'une distance et simultanément, lui-même s'est complexifié, il a enrichi l'information contenue dans les bases du registre mnésique de sa mémoire neurocorticale, et par conséquent (comme nous l'expliquerons plus loin) il a enrichi la masse d'informations contenue dans le BUUAUEE BIAEEII (Esprit du réseau social).
Dit d'une autre manière : l'intervalle de temps, représenté par une chaîne d'IBOZOO UU, inaccessible par les instruments de l'OEMII scientifique, subit une rotation de ses axes et en vient à se convertir en une augmentation d'information qui enrichit le système biologique "néguentropique" (réseau des êtres vivants)
Il importe peu que le chronométreur meure et avec lui disparaisse l'enregistrement codé au niveau moléculaire de cette information contenue dans son neuroencéphale. Le BUUAUEE BIAEII maintient indélébile le contenu informatif.
(Nous utiliserons un exemple grossier : il n'importera pas qu'une symphonie de Beethoven, enregistrée sur une bande de mylar avec une émulsion magnétique soit détruite, si la symphonie est gravée dans les esprits des millions d'auditeurs).
Mais l'exemple, nous répétons, est grossier: Mais si l'enregistrement n'avait pas été écouté (par personne), si ce n'est par le microphone d'un magnétophone de la TERRE, l'information serait détruite quand se produirait la combustion de la bande.

Ça ne se passe pas ainsi quand un seul OEMII reçois, même à un niveau subliminal, une séquence codée de stimulus (INFORMATION), alors l'information s'inscrit à trois niveaux (IMAGE A) (NdW: pas d'image avec la lettre)

Ces niveaux sont :

NIVEAU (BIAEYEE IUEOO DOO) : il correspond aux bases physiques (moléculaires) de notre OEMII (facteur somatique : corps physiologique). L'information reçue par les transducteurs sensitifs neuronaux accède au cortex moyennant les influx nerveux transmis par les fibres nerveuses. Ce codage mnésique se réalise en base binaire à travers des altérations de la structure moléculaire des cellules que constitue le BIAYEEE IEUOO DOO

SECOND NIVEAU. l'information codifiée dans les IBOZOO UU qui forment la masse neuronale peut disparaître par la dégradation de la structure physiologique qui la soustend (mort physique de l'OEMII), mais c'est que simultanément se produit un processus complexe de triplication dans le stockage de l'information:
Les informations captées par nos voies sensorielles ne s'enregistrent pas seulement dans nos mémoires physiques.
Un réseau de DIUIAA (Gaz Krypton) reçoit du BIAMOASII (une structure biologique pas encore détectée par les anatomistes et physiologistes de la terre) cette information d'une forme très particulière.
Les impulsions nerveuses provoquent la décomposition d'une enzyme. Cette réaction est de caractère exothermique. À son tour la fonction thermique générée par ce processus induit une altération de caractère gravitationnel (NdT: Le mot espagnol utilisé est "gravitatorio" ... lequel n'existe pas !) d'une très haute fréquence, qui se traduit par l'excitation de ces atomes de krypton, à travers d'autres atomes d'HÉLIUM.
Le résultat est un effet de résonance entre un réseau d'atomes d'hélium et le réseau de krypton cité, et l'altération qui s'ensuit des états quantiques des deux réseaux d'IBOZOO UU (nous autres nous concevons les atomes comme des réseaux d'IBOZOO UU.
Le BUUAUAA (esprit individuel) fixe ainsi cette INFORMATION, mais "non codée" en un système mathématique (codification digitale BINAIRE)

Le BUUAUAA est adimentionnel. Cependant il possède une composante que vous qualifieriez de MATÉRIELLE. Nous entrons, Monsieur Dominguez, dans un processus didactique très épineux. A partir de maintenant vos bases sémantiques familières ne suffisent pas pour vous l'expliquer d'une manière intelligible. La logique aristotélicienne ne vous aidera absolument pas à suivre notre raisonnement.
Voyons : dans cet écrit je suis en train de vous assurer que BUAUAA possède un composant, ou bien est affecté (pour nous exprimer avec plus de réalisme), par un composant physique. Même avant que nous vous parlions de lui, cela paraît appliquer une conclusion logico - binaire, en contradiction avec la conception scolastique des penseurs animistes de la TERRE.
Selon notre "affirmation" il s'infère que L'ESPRIT possède des "parties" et partant, il est divisible : fractionnable
Mais ce n'est pas cela dans l'absolu. Le BUUAUAA est une entité IMMATÉRIELLE même si ses processus internes sont, ou possèdent, un caractère physique.

Nous vous avons indiqué dans d'autres documents l'existence de ce que nous appelons PLURIUNIVERS (UAAM-UAAM). Une infinité de cosmos coexistent pour un hypothétique observateur qui pourrait observer le RÉSEAU d'IBOZOO UU qui constitue l'AIOYAA (dans notre logique: les Entités (Ndt: "Seres") qui existent avec des dimensions) depuis diverses perspectives.
De même qu'une sculpture peut-être photographiée depuis différents angles en produisant des images distinctes sur la plaque photographique (pardonnez-nous, hommes de la TERRE, la simplicité de l'exemple), ainsi un observateur idéal pourrait-il contempler le UAMM-UAAMM.
Dans la pratique un tel observateur idéal existe. Il est possible, en utilisant des moyens techniques, de passer d'un UAMM à un autre UAMM. Et de fait nous-mêmes le faisons dans nos voyages.

Quels moyens physiques nous permettront de prendre conscience que nous rencon-

trons un autre cadre tridimensionnel ?
Un seul suffit :
En l'absence de perturbation de masse, apprécier (NdT: Le mot espagnol utilisé est "valorar" : peut se traduire par "estimer, évaluer") un intervalle de temps : (le fait que nous concevions la prise de conscience du temps comme augmentation d'INFORMATION fera comprendre encore mieux notre affirmation). Cet intervalle de temps est celui qui s'écoule quand se déplace un IBOAYAA OOU (ce que vous dénommez "quanton énergétique") sur une distance étalon.
Cet intervalle sera différent dans chaque UUAMM (COSMOS).
Après cette digression, nous continuons notre description du BUUAUA : nous, nous savons qu'il existe un UUAMM (inaccessible par des moyens techniques) dans lequel un hypothétique OEMII qui pourrait se déplacer en son sein (hypothèse complètement absurde) mesurera cet intervalle de temps comme NUL.
Observez que nous nous définissons l'intervalle de TEMPS (NON PHYSIQUE) comme une grandeur discrète définie par deux IBOZOO UU; De sorte qu'il n'y a pas de sens métaphysique de faire référence à un intervalle de temps nul, comme il serait absurde de faire référence à une distance nulle. Puisque dans l'un ou l'autre cas, les intervalles minimums de temps et d'espace sont des quantités définies, quand on les évalue avec un étalon, comme non nulles.

Et cependant (contradiction insurmontable avec les bases logiques binaires) il existe un UWAAMM dans lequel la vitesse de la lumière, en l'absence de perturbation de masse, sera infinie. Dans ce cosmos tout ce réseau d'IBOZOO UU s'est réduit à un seul IBOZOO UU, autre absurdité apparente si nous le transposons à notre cadre tridimensionnel, dans lequel un seul IBOZOO UU isolé n'a pas de signification physique.

Et cependant ce UAAMM, analysé d'une façon simpliste, paraîtrait d'une simplicité déconcertante. Que peut représenter un seul IBOZOO UU isolé ? Il possède une importante transcendantale pour nous les OEMII de différentes provenances galactiques.

Avant de poursuivre : Peut-être pourriez-vous Senor Dominguez, nous poser une question parmi d'autres? Qu'en est-il du réseau d'IBOZOO UU qui composerait le UAAMM-UAAMM ? Pour le visiteur utopique de ce cosmos: une telle structure s'est-elle désintégrée ? Non: simplement cet IBOZOO UU est l'image de tout le RÉSEAU (constatable dans le reste du COSMOS).
En utilisant de nouveau une métaphore didactique puérile, c'est comme si l'observateur de la statue visite une nuit le musée pour la photographier et la trouve seulement illuminée par un spot lumineux. Sur la plaque photographique ne s'enregistrerait qu'un point brillant.

Nous vous l'indiquions quelques paragraphes auparavant, un tel UUAAM est transcendant pour nous les humains. En effet : nos processus télépathiques : l'information contenue dans le BUUAUAA (ÂME) et dans le BIAEYEE IUEOO DOO (Esprit du RÉSEAU SOCIAL) ne seraient pas possible sans son existence. C'est à lui que nous faisions référence, quant nous vous parlions antérieurement de "composant" physique de l'âme.
Le BUUAUAA lui-même ne peut encoder l'information. Il est adimensionnel. "IL N'EXISTE PAS DANS L'ESPACE NI DANS LE TEMPS". Les théologiens de la Terre ont commis une erreur quand ils ont considéré que l'ÂME, selon la conception animiste qui les inspire, peut "connaître" ce que le corps réalise. Elle entraine la contradiction que l'âme serait capable d'accumuler de L'INFORMATION et en même temps d'ÊTRE INDIVISIBLE.
Dans le UUAMMM que nous mentionnons, vous pouvez considérer que la VITESSE DE LA LUMIÈRE, mesurée en son sein, est INFINIE. Bien que précisément dans ce cosmos le concept de VITESSE DE LA LUMIÈRE manque de signification, comme il serait aussi faux de définir en lui un quanton de longueur ou une mesure d'énergie. Cependant il possède des caractéristiques qui justement le définissent :

Il est capable d'accumuler de L'INFORMATION
Le flux d'information se réalise dans un temps NUL
L'augmentation de L'INFORMATION n'a pas de signification (Δt)