AJH
Ecrit le: 02.07.04 05:25

Bonjour

Alors là, K. me semble totalement débloquer ... vous voyez tout celà, vous, sur la carte Ummo ?

Géographie politique
Ummo est un seul peuple, d’une seule race blanche et Chrétienne parlant une seule langue, occupant un unique continent dont la contour général évoque... l’URSS, paradis des travailleurs — certes remodelé : la Méditerranée de l’Ouest, une Afrique et une Arabie réduites à leur côte Nord, elle-même fusionnée au continent Antarctique et de ce fait rendue inhabitable, un Golfe Persique rétréci, une Péninsule Indienne miniature, une Chine essentiellement squattée par la Mer Noire déplacée et hypertrophiée, la Péninsule Coréenne et le Japon, la Sibérie, le bassin Arctique, la Baltique, le Groenland réduit à un minuscule appendice en haut et à gauche, l’Europe Atlantique, l’Islande, ainsi qu’une Amérique quasi-inexistante.

Quant aux Îles Anglo-Saxones, elles se réduisent à un petit caca accolé à la ‘Bretagne Française’, d’une province hexagonale rappelant la France où l’on reconnaît un mont volcanique sur un massif rappelant l’Auvergne.

Remarquer que les îles à l’extrème-droite se prolongent à l’extrème-gauche: il s’agit visiblemment d’une carte de la planète tout entière.

À l’instar de la Terre, Ummo possède un Océan Arctique et un Continent Anrarctique : c’est une Europe du Nord-Russie hypertrophiée. Il est étrange que les régions manquantes à notre Monde transposé soient justement celles des ethnies et des religions absentes sur Ummo. Ein Volk, ein Reich... l’Utopie insulaire d’Ummo rappelle vaguement l’Atlantide, sujet de fascination universelle chez les Francs-Maçons Américains tels que Bulwer Lytton et Edgar Cayce, ou chez les Aryanosophes Allemands qui inspirèrent le nazisme.

Avec un peu d’imagination, on y verrait même un continent unique à l’image de... la Suisse, ce prototype de la Confédération Européenne qui en est le cœur géographique insulaire, tant estimé de M. Giscard d’Estaing. (La Suisse est, selon les Astrologues, un pays associé au signe de la Vierge. Or, les Ummites viennent de la constellation éponyme. Toujours selon les Astrologues, l’URSS, nation Cosmiste, est liée au signe du Verseau dont Uranus, le maître, a un glyphe proche de celui d’Ummo)

Vu l’absence des USA de la carte Ummite, qui s’étonnera que la sauce n’y ait pas pris!

Modèle utopique pour l’Eurasie? Mais le découpage côtier en est bizarre pour un continent naturel, avec de trop nombreux profils quasi rectilignes, angles nets et arcs de cercles, typiques des dessins de Jordán Peña.

Remarquer le losange de la forme générale, l’escalier du profil ‘Atlantique’ et, en moins régulier, du bas et du haut.

Noter la ressemblance des provinces avec des... pièces de puzzle. Les frontières de notre planète qui y ressemblent furent tracées à la règle et au compas par les puissances coloniales en Amérique, en Afrique et au Moyen-Orient. Quelque chose de similaire est visible dans le trans-sibérien, dont une ligne droite contient encore la marque du doigt du Tzar sur la règle qui la traça. Des logiciels contemporains utilisant les fractales auraient évité ces défauts, preuve que notre technologie a devancé celle des mystificateurs de 1966.

Noter également les quelques lignes fixes de communication terrestres et aériennes, presque toutes rectilignes et polygonales, similaires à celles des mappemondes promotionnelles des compagnies aériennes des années soixante, ou au réseau optique aux débuts d’Internet. Aujourd’hui, le trafic aérien est trop dense, complexe et variable pour toujours emprunter les mêmes voies, et il en serait de même pour le trafic de masse à effet de sol d’une civilisation avancée. Quant à notre réseau optique ou électrique, ses arborescences se sont trop complexifiées pour être représentées aussi sommairement.

Finalement, il y a l’immense pont reliant la côte Sud d’UMMO à son continent ‘Antarctique’, séparant sa ‘Méditerranée’ du ‘Golfe Persique’, et sur lequel passe une voie de communication terrestre: vu le flux solaire ténu que reçoit cette planète, environ le cinquième de celui sur Terre et la moitié que sur Mars, le climat équatorial y ressemble à notre climat polaire, mais en pire: il faut faire abstraction des courants atmosphériques ou marins comme le Gulf Stream qui y amènent la chaleur des tropiques, et du fait qu’un homme ou un arbre y reçoivent, du fait de leur verticalité, un ensoleillement acceptable. Le climat circumpolaire Ummite doit donc être du genre à liquéfier l’azote, sous des tempêtes épouvantables. Pourquoi bâtir un pont immense au-dessus d’un Océan gelé, du bord extrêmement inhospitalier d’un continent glacé vers un autre, qui l’est davantage encore, au-delà du cercle antarctique?



... qui plus est K. devrait quand même lire la NR-18 ... il pourrait ainsi ré-écrire son article.

Bon, je n'en dirai pas plus... si ce n'est que je peux aussi voir une mappemonde de la terre sur un test de Rorsash !


Amicalement

AJH


--------------------
AJH
Cornelius
Ecrit le: 02.07.04 12:40






Bonjour,

J'avais déjà lu l'«analyse» de ce Kouropoulos et ce n'est qu'un tissus d'inepties. Je but étant de «démonter» l'affaire Ummo par tous les moyens: par la démagogie, les exagérations, par tous les raccourcis possibles. Le ton de son «analyse» est similaire à celui que l'on retrouve chez les «sceptiques» professionnels: un ton polémiste et crâneur. En fait, le niveau d'argumentation d'un sceptique comme Nprenom par exemple est de bien meilleur qualité que celui de ce type.

Il n'y a qu'une et une seule méthode pour découvrir la vérité sur l'origine des textes ummites (canular «terrestre» ou origine E.T.): éplucher les affirmations scientifiques théoriquement «en avance sur leur temps» (si véridiques) et tenter de les mettre à l'épreuve, lorsque c'est possible. L'expérience krypton va en ce sens mais, malheureusement, des esprits obtus ont décidé qu'un seul scénario était possible dans une situation de carence de krypton, si bien que nous ne testerons que ce scénario... Un échec ne nous apprendra malheureusement pas grand chose.

Analyser froidement les affirmations scientifiques, ou présentées comme telles, des lettres et tenter de les tester. Le reste n'est que verbiage, un verbiage sans fin. Sans tout ce verbiage, sans toutes ces confrontations de «systèmes de croyances», sans tous ces débats passionnels sur les NR-13 à 20, en restant dans notre droite ligne initiale de démarche scientifique dépassionnée, peut-être serions nous déjà fixés sur l'origine des lettres ummites...

A+

Cornelius

nprenom
Ecrit le: 02.07.04 14:18


QUOTE (Cornelius @ 02.07.04 12:40 )

J'avais déjà lu l'«analyse» de ce Kouropoulos et ce n'est qu'un tissus d'inepties.  Je but étant de «démonter» l'affaire Ummo par tous les moyens: par la démagogie, les exagérations, par tous les raccourcis possibles.  Le ton de son «analyse» est similaire à celui que l'on retrouve chez les «sceptiques» professionnels: un ton polémiste et crâneur.  En fait, le niveau d'argumentation d'un sceptique comme Nprenom par exemple est de bien meilleur qualité que celui de ce type.


Bonjour,

Je mettrais un bémol à l'avis de Cornelius ci-dessus. Kouropoulos ne prend pas de gants mais il annonce la couleur d'entrée de jeu : il est là pour défendre une hypothèse qui est celle du canular. Le ton qu'il emploie est volontiers ironique, mordant, corrosif, incisif, provocateur, caustique, comme on voudra, mais cela ne change en rien ses arguments (ni en bien, ni en mal). Evidemment, ça en énerve certains: et alors ? Il n'a pas de charte à respecter ni d'interlocuteurs à ménager dry.gif

La question de la démagogie et de savoir si tous les arguments sont bons est différente. Ce qui coince, je crois, c'est d'une part qu'il mélange des arguments très techniques avec des opinions personnelles voire des disgressions, et d'autre part, que les gens de la liste sont habituées à un ton très policé voire parfois un peu coincé qui se veut "scientifique" (la liste s'appelle ummo-sciences...). Kouropoulos n'écrit sûrement pas une thèse (comme certains l'ont dit), mais plutôt un pamphlet, et il ne cache pas, au contraire, ses sentiments: il s'amuse, il se moque, il s'énerve, etc.

Autre chose: la liste s'est habituée dans sa démarche scientifique à des raisonnements logiques, très rationnels: en gros, il faut faire la preuve de ce que l'ont affirme (avec des faits, et des sources). Mais ce qui est dommage, c'est que l'on a du coup tendance à négliger voire mépriser les jugements "qualitatifs" et les opinions, comme si le "subjectif", opposé à l'objectif, était irrecevable et indigne d'intérêt. Lorsque Cornelius affirme par exemple que tout ce qui n'est pas la froide analyse des affirmations scientifiques des lettres n'est que verbiage, il témoigne de cet état d'esprit cartésien. Pourtant, il y a bien d'autres analyses que l'on pourrait faire des lettres, qui sans être scientifiques (au sens de la liste cad en réalité sciences exactes), n'en seraient pas moins intéressantes (par exemple, analyse de style). C'est le même argument que m'a opposé Norman s'étonnant que mon travail sur la théorie des soncepts de J. Pollion ne soit pas "scientifique": sous-entendu, si ce n'est pas scientifique, ça ne vaut rien. Et je ne parle même pas de mon comparatif Ummo - Utopies, qui n'a évidemment rien de "scientifique". Tout se passe comme si une bonne partie de la liste avait adopté (par mimétisme ?!) l'obsession ummite pour les sciences exactes rolleyes.gif

Pour en revenir à Kouropoulos, je trouve par exemple que ses références au contexte des années 60/70, aux autres histoires de contactés, à la SF, etc. sont intéressantes. Recadrer le dossier Ummo dans une perspective culturelle me semble tout à fait valable, même si ça n'est pas scientifique et que ça ne "prouve" rien (ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de preuve qu'un raisonnement est sans valeur, ou pour les amateurs de logique "non bivalente" dry.gif , ce n'est parce que ce n'est pas exact que c'est inexact : personne n'a encore prouvé que Metropolis de Fritz Lang était un chef d'oeuvre !)

En fait, commme je m'en expliquais longuement dans ma réponse à Gardenteapot, je ne suis pas du tout convaincu que l'approche scientifique soit la seule applicable aux lettres ummites ; et plus ça va, plus je pense qu'elle risque de nous conduire en réalité dans une impasse en nous mettant des oeillères.

Bref, si l'on veut conserver une approche cadrant à peu près avec l'esprit de la liste et garder la tête froide, je crois donc qu'il ne faut pas porter de jugements à l'emporte-pièces sur Kouropoulos et faire des amalgames (même si lui ne s'en prive pas): tout ce qu'il écrit n'est pas un tissu d'inepties. Je pense que si l'on prend la peine de faire le tri, on peut à la fois contester (sur le même ton que lui et avec les mêmes artifices rhétoriques si on le désire !) ses avis (genre sa vision de la carte d'Ummo), opiner sur ses analyses "subjectives", et enfin en parallèle examiner froidement ses arguments "technico-scientifiques".
AJH
Ecrit le: 02.07.04 21:37

QUOTE (nprenom @ 02.07.04 14:18 )
Mais ce qui est dommage, c'est que l'on a du coup tendance à négliger voire mépriser les jugements "qualitatifs" et les opinions, comme si le "subjectif", opposé à l'objectif, était irrecevable et indigne d'intérêt.

Il me semblait pourtant que j'avais fait un effort de ce coté là en laissant passer pas mal de posts "subjectifs" sad.gif
Mais bon, il y a sans doute maintenant la "réputation" (ou "l'histoire" ?) des listes qui intervient dans les jugements ...
Cordialement
AJH
PS: j'accepte d'avoir tort sur ce que j'ai écrit ici, je n'argumenterai donc pas sur ce sujet...


--------------------
AJH
Banban
Ecrit le: 03.07.04 13:39
Quote Post
 
QUOTE
AJH : vous voyez tout celà, vous, sur la carte Ummo ?


Avec un peu d'imagination j'ai réussi à suivre ce qu'il décrivait. Mais franchement il faut vraiment déformer les côtes terriennes énormément pour retomber sur la carte d'Ummo. Je pense qu'on pourrait faire subir le même traitement à n'importe quelle forme un peu complexe et découpée, il suffit juste de demander un peu d'imagination au lecteur.

Mis-à part ça, je ne vois pas très bien quel serait l'intérêt du faussaire d'immiter le planisphère terrestre, mis à part de se faire prendre...

Si j'étais un croyant de la thèse du canular, et qui persiste à voir la Terre dans la carte d'UMMO, je mettrais plutot ça sur le compte du hasard, plutot que sur une volonté intensionnel du faussaire.

A+
StarTrek
Ecrit le: 03.07.04 23:00








QUOTE (Cornelius @ 02.07.04 12:40 )
Il n'y a qu'une et une seule méthode pour découvrir la vérité sur l'origine des textes ummites (canular «terrestre» ou origine E.T.): éplucher les affirmations scientifiques théoriquement «en avance sur leur temps» (si véridiques) et tenter de les mettre à l'épreuve, lorsque c'est possible.

Salut, Cornélius

C'est un point important et je ne suis pas loin d'être d'accord.

Le seul problème qui m'apparait est le suivant:

Si le faussaire se base sur des théories scientifiques contemporaines existantes pour créer son faux, ce qui est le plus probable (voir son intérêt pour Bertrand Russel, etc.), il va écrire des choses en accord avec ce que l'on sait aujourd'hui. Il va juste énoncer ce que certains scientifiques contemporains posent comme étant des hypothèses, simplement lui va les énoncer comme des étants des faits (et encore, voir le problème de la localisation de la planète, où l'auteur à pris des précautions oratoires pour la distance en année-lumière, et il a bien eu raison de le faire).

Si nous faisons une expérience sur un des énoncés UMMO, et que celui-ci est validé, est-ce que la seule chose que nous validons n'est pas "le fait que que certains scientifiques contemporains posent cela comme étant des hypothèses" et pas le fait que les lettres soient bien d'origine extraterrestre?

Prenons "Star Trek" rolleyes.gif. Les séries posent un subespace (qu'ils utilisent pour aller plus vite que la lumière et pour envoyer des communications "subspatiales"). Mettons que dans un siècle les scientifiques trouvent un tel "univers jumeaux", on validera le contenu théorique de "Star trek" et... on devra dire que l'auteur de "Star Trek" était un extraterrestre (un Vulcain par ex wink.gif ). C'est là que le bas blesse.

Je prends cet exemple de subespace pcq cela évoque en plein l'univers gémellaires à flèches de temps inversés de Jean-Pierre Petit, non? Et le WAAMWAAM des Ummos...

Personnellement j'ai une formation en science humaine et en philosophie. Pour ce qui est des sciences humaines tout ce que j'ai pu lire dans les lettres (j'en ai lu qu'une partie, mais je complète ma "collection" au fur et à mesure de mon temps libre) étaient soit 1) des choses bien connue aujourd'hui des psychologues, psychiatres ou autres, soit 2) des inepties, soit 3) des choses (comme par exemple des énoncés qui fleurent bon la psychanalyse) qui seraient plutôt considérés comme dépassé aujourd'hui.

J'aurais bien du mal à trouver quoi que ce soit de pertinent ou d'original dans tout cela. Encore moi de testable...

A plus,
Cornelius
Ecrit le: 16.07.04 00:07



Bonjour,

Star Trek a dit:

QUOTE
Personnellement j'ai une formation en science humaine et en philosophie. Pour ce qui est des sciences humaines tout ce que j'ai pu lire dans les lettres (j'en ai lu qu'une partie, mais je complète ma "collection" au fur et à mesure de mon temps libre) étaient soit 1) des choses bien connue aujourd'hui des psychologues, psychiatres ou autres, soit 2) des inepties, soit 3) des choses (comme par exemple des énoncés qui fleurent bon la psychanalyse) qui seraient plutôt considérés comme dépassé aujourd'hui.


J'aimerais quelques exemples des cas d'inepties. Les sciences «dures» ne sont pas les seules à partir desquelles on peut faire une analyse.

Néanmoins, il existe un certain nombre d'affirmations noir sur blanc (par exemple l'existance d'organismes unicellulaires et pluricellulaires simples sur Mars) qui ne laissent place à aucune interprétation ou très peu et qui sont validables (seulement par la NASA ou l'ESA dans le cas de Mars...) et même testables et qui pourraient servir d'angle de prise à la validation ou la réfutation. Les sciences humaines évoluent et des idées peuvent tomber et désuétude et refaire surface sous une forme différente plus tard, etc. Il est difficile de statuer de façon catégorique qu'un concept donné n'«a pas de sens» puisque l'évolution des concepts dans 20 ans, 50 ans, 100 ans pourrait changer la donne. Mais si je dis, exemple fictif, «les anneaux de Saturne sont plats, lisses et fait d'acier inoxydable» et que ce n'est pas vérifié, alors l'affirmation est fausse et c'est sans appel. C'est à partir de l'analyse de ce genre d'affirmations que l'on peut faire progresser le «dossier».

Amicalement

Cornelius