AJH
Ecrit le: 03.07.04 04:39

Bonjour
Vous trouvez sur la page

[http://www.ovni.ch/~kouros/VieET.htm]

... les affirmations suivantes de K :

Le système stellaire décrit dans les lettres pourrait-il avoir vu naître une civilisation humaine avancée?

Ummo Iumma Terre Soleil
Masse 1.566 MT 0.7433MS 1MT 1MS
Rayon 7251.6Km 339’370Km 6378Km 696’000Km
Magnitude absolue 7.4 4.83
Demi-grand axe à l’étoile 0.6657UA 1UA
Excentricité 0.007833 0.0167
Température 4580.3°K 5780°K



La masse de IUMMA vaut 0.7433 fois celle du Soleil.

Elle se situe donc dans l’intervalle de 0.6 à 1.2 masses solaires permettant une vie intelligente, selon divers spécialistes (voir les notes plus bas).

Mais IUMMA est improbablement sombre: la luminosité d’un astre de la séquence principale étant proportionnelle à la 3.9ième puissance de sa masse, la magnitude absolue de IUMMA aurait dû être 6.03 et sa luminosité 31.44% de celle du Soleil. Dans ce cas, une vie intelligente y eût été possible. Vu sa magnitude absolue, cette luminosité n’est que de 9.4% de celle du Soleil, une anomalie incompréhensible.

Et la masse de UMMO dépasse la limite supérieure de 1.33MT au-delà de laquelle une planète dans la zone habitable, et surtout au-delà, garde son méthane, son ammoniaque, son hydrogène et son hélium. Selon les données des lettres, UMMO ne reçoit que 21.15% , soit un peu plus du cinquième du flux solaire sur Terre et moitié moins que Mars (42.92% du flux terrestre). Ceci, à leur rayon moyen. Elle se trouve donc au-delà de la zone habitable et l’idée de centrales solaires sur UMMO semble bien incongrue... (Si IUMMA avait la luminosité standard attendue de sa masse, UMMO recevrait 70.7% du flux solaire)

À moins qu’il en émane une importante chaleur tellurique ou que l’effet de serre y soit extrême, il y fait froid! (Que 99.6 MKm soit le rayon moyen ou le demi-grand axe ne change pas grand chose au flux sur UMMO, vu sa faible excentricité).

UMMO serait donc un astre trop froid pour des océans et des lacs d’eau liquide étendus, avec une atmosphère d’hydrogène, d’hélium, de dioxyde de carbone, de méthane et d’ammoniaque, ces derniers y formant des océans tandis que le dioxyde de carbone et l’eau seraient généralement solides à sa surface. Le flux solaire équatorial y est celui observé à une latitude terrestre de 77.8° aux équinoxes. Mais ici, le Gulf Stream et les courants atmosphériques des tropiques tempèrent le froid. Et un arbre ou un homme y reçoivent, par leur verticalité, un flux solaire acceptable, contrairement au sol irradié en lumière rasante.

Les marées standard qu’engendre IUMMA y sont 2.86 (2.93 au périhélie) fois celles du Soleil sur Terre et 1.14 fois celles sur Vénus, à l’excentricité comparable (0.0068), soit à peu près les marées de la Lune au périgée ou bien celles, moyennes, lors d’une pleine ou d’une nouvelle Lune, mais en continu. (Les marées lunaires standard sont de 2.16 fois celles du Soleil.) À condition que leur viscosité soit comparable, UMMO verrait ralentir sa rotation plus vite que la Terre et que Vénus, dont le jour vaut maintenant 243 jours terrestres, en bonne part à cause d’une collision passée.

Pour que les 1.8% de CO2 atmosphérique de UMMO qui contribuent essentiellement à son effet de serre persistent en dépit de l’érosion chimique accélérée des sols par les pluies acides, de son assimilation rapide par la vie végétale, dans le squelette des animaux et la coquille ds mollusques, en supposant la planète réchauffée par un effet de serre aussi extrême qu’improbable, et vivante en dépit de son faible ensoleillement, il faudrait son recyclage continuel dans un volcanisme hyperactif par la subduction accélérée des plaques continentales résultant de leur dérive, supposée ne pas exister du tout sur UMMO.

Pour avoir un bilan thermique compatible avec la vie, même avec une atmosphère essentiellement composée de gaz à effet de serre, il faudrait néanmoins approcher UMMO de IUMMA, ce qui y accroîtrait significativement les marées et y ralentirait les jours.


Vos avis ?
Amicalement
AJH



--------------------
AJH
Aristide
Ecrit le: 05.07.04 22:42

Bonjour!

Kouropoulos écrit:
QUOTE
la luminosité d’un astre de la séquence principale étant proportionnelle à la 3.9ième puissance de sa masse, la magnitude absolue de IUMMA aurait dû être 6.03 et sa luminosité 31.44% de celle du Soleil. ... Vu sa magnitude absolue, cette luminosité n’est que de 9.4% de celle du Soleil, une anomalie incompréhensible.
Il ne s'agit pas d'une anomalie, mais bien d'une méconnaissance de l'astronomie d'observation. Les magnitudes absolues sont des valeurs __observées__ puis corrigées pour la distance et l'atténuation estimées. Les relations entre la masse d'une étoile, son diamètre, sa luminosité (donc sa magnitude absolue) et son type spectral sont empiriques et admettent des très larges incertitudes. Ainsi une étoile de la séquence principale ayant une température de 4580 K devrait idéalement être classée K4V, avoir une magnitude absolue de 7.0 et produire 19 % de la lumière du Soleil. Avec la magnitude absolue de 7.4 donnée par les oummains, IUMMA produirait seulement 9.4 % de la lumière de notre Soleil. Mais nos astronomes ont établi une relation empirique entre la masse d'une étoile et sa luminosité; pour IUMMA cette relation donne 39 % de la luminosité du Soleil; une autre relation empirique lie le diamètre d'une étoile à sa masse et donne à IUMMA un diamètre égal à 72.75 % du diamètre du Soleil; de ce diamètre et de la température on peut déduire la luminosité, ce qui donnerait à IUMMA 28.7 % de la luminosité du Soleil. On a donc pour IUMMA 9.4 %, 19 %, 28.7 % et 39 % de la luminosité du Soleil. Rien de bien précis, trop d'incertitudes pour permettre de choisir le bon chiffre...

QUOTE
Selon les données des lettres, UMMO ne reçoit que 21.15%, soit un peu plus du cinquième du flux solaire sur Terre et moitié moins que Mars (42.92% du flux terrestre). ... Elle se trouve donc au-delà de la zone habitable et l’idée de centrales solaires sur UMMO semble bien incongrue... (Si IUMMA avait la luminosité standard attendue de sa masse, UMMO recevrait 70.7% du flux solaire)
Ce 21.3 % donne un peu plus de 290 w/m^2 de lumière arrivant sur UMMO et correspond à la magnitude absolue de 7.4 donnée dans une des lettres (luminosité d'IUMMA = 9.4 % du Soleil), mais comme on vient de le voir, les autres données de la même lettre permettent des luminosités bien plus importantes (19 %, 28.7 % et 39 %). Dans l'article de Fred sur le site ummo-sciences, Fred a choisi d'estimer la luminosité d'IUMMA à un tiers de celle du Soleil, ce qui donne un flux lumineux de 1004 W/m^2 sur UMMO pour 1370 W/m^2 sur Terre. Cet estimé me paraît tout aussi plausible que celui de Kouropoulos, vu les données disponibles au sujet d'IUMMA.
Je ne vois donc aucune raison d'être d'accord avec la conclusion de K: UMMO peut très bien se trouver dans la zone habitable. Quant au fait que l'idée de centrales solaires sur UMMO semble bien incongrue à K, je suppose que c'est parce qu'il ignore qu'un miroir parabolique peut servir à concentrer la lumière...

QUOTE
Et la masse de UMMO dépasse la limite supérieure de 1.33MT au-delà de laquelle une planète dans la zone habitable, et surtout au-delà, garde son méthane, son ammoniaque, son hydrogène et son hélium. ...  UMMO serait donc un astre trop froid pour des océans et des lacs d’eau liquide étendus, avec une atmosphère d’hydrogène, d’hélium, de dioxyde de carbone, de méthane et d’ammoniaque, ces derniers y formant des océans tandis que le dioxyde de carbone et l’eau seraient généralement solides à sa surface.
Là, K se surpasse: il y a déjà longtemps qu'on sait que sur Terre les UV solaires, la pluie, les orages et l'action biologique de l'écosystème ont transformé l'ammoniaque atmosphérique en azote et le méthane en chaînes polycarbonées puis en CO2. L'oxygène de notre atmosphère provient essentiellement de l'eau. Donc si d'énormes quantités d'hydrogène (ainsi que des quantités moindres d'hélium) ont été perdues par notre planète, il n'en est pas de même de l'ammoniaque ni du méthane; de plus une planète ayant deux fois la masse de la Terre perdrait elle aussi énormément d'hydrogène et une bonne part de son hélium, contrairement à ce qu'implique K. UMMO serait bien sûr une planète plus froide que la Terre, mais le taux élevé de CO2 dans son atmosphère engendre certainement un effet de serre bien plus important que celui qui règne sur Terre, donc des températures plus chaudes que nos estimés du flux lumineux ne l'indiquent.

Kouropoulos semble bien choisir ses données en fonction de sa thèse et se fermer hermétiquement les yeux devant toute donnée pouvant l'infirmer. Ce genre d'attitude ne me paraît pas digne de quelqu'un qui a prétention d'être scientifique...

Tout le reste de cette page web provient du même moulin: K cherche à prouver sa thèse et s'il y a des faits qui la contredisent, tant pis pour les faits, ils n'avaient qu'à ne pas être là.