Site UMMO-SCIENCES
Résumé explicatif du langage idéophonémique
et traduction de 12 mots ummites (par J. Pollion) en exemple.


On doit à J. Pollion la découverte de ce système de langage idéophonémique, dont l'analyse est développée dans son livre. " Ummo, de vrais extraterrestres " éditions Aldane .

Cette brève présentation ne saurait remplacer la description faite dans le Précis du système idéophonémique, inclus dans le livre de J. Pollion : "UMMO: de vrais extraterrestres !" publié aux éditions Aldane  editionsaldane@worldonline.ch .

Nous espérons qu'elle constitue toutefois une approche suffisante.

Tous les modes d'expression des Ummites (vocaux ou télépathiques) sont construits sur un langage "vocal" de base présenté dans les documents. (expressions de "premier niveau").

Dans cette langue sans équivalent terrien, chaque phonème émis (son élémentaire comme ceux que l'on émet en prononçant A, S, T, W, O, I, etc…) exprime une idée, une abstraction.

J'ai appelé cette expression sonore qui évoque un concept: un "soncept" [son + concept], ce qui donne à ce langage une structure "idéophonémique", mot inventé par analogie avec "idéographique".

J'ai répertorié 17 phonèmes signifiants:

A  = effectivité,

B  = contribution,

D = forme, manifestation,

E = image mentale, perception, idée

G = organisation

I   = différence, altérité

K = mélange, rapprochement

L = équivalence, correspondance

M = relation

N = flux, transfert

O = réalité dimensionnelle, l'être, créature

R = imitation

S = cycle, alternance

T = évolution

U = dépendance

W = modification, information

Y = ensemble, paquet, groupe

Dans cette langue, on s'exprime par assemblage de ces soncepts, par exemple: 

BA = contribution effective

DO = forme de créature

DA = forme effective

OI = une créature différente

IG  = la différence d'organisation

YBA = l'ensemble des contributions effectives

YBAOI = l'ensemble des contributions effectives des créatures différentes

YBAGI = l'ensemble des contributions effectives des organisations différentes

KOI = le mélange de créatures différentes

Etc…

Il n'y a pas de grammaire ni de syntaxe. Il n'y a pas de nom, d'adjectif, de verbes, mais seulement des idées relationnelles et 3 conventions d'assemblage dont le doublement d'un son, qui ajoute l'idée d'égalité, d'équilibre et de permanence à l'idée véhiculée par le son.

Exemple A= effectivité          AA = effectivement égal ou équilibre effectif.

Les langues terriennes désignent un objet par un mot et il y a autant de mots que d'objets ou d'idées, nécessitant des dictionnaires qui servent de référentiel de signification et des systèmes de grammaire.  

On constate très vite que la langue ummite suppose une forme de pensée "fonctionnelle", dans laquelle les objets n'existent pas, mais sont définis par leurs fonctions, contributions ou composantes fonctionnelles. Aucun dictionnaire n'est nécessaire, les "mots" étant eux-mêmes explicites.

Par exemple:

Ce que nous nommons de l'eau s'exprime en ummite par UUDAA.

UU évoque la dépendance égale, permanente.

DAA est une appellation générale des liquides, car ils ont une forme D d'égalité effective AA (équilibrée, horizontale).

UUDAA exprime "l'eau", car c'est le liquide DAA dont on dépend en permanence UU.

C'est fonctionnel et indubitable.

Mais ce n'est pas du tout notre façon d'exprimer les objets et les idées.

Cette langue paraît simple, mais elle nous impose de quitter notre pensée "objet" pour une pensée "fonctionnelle" (repenser toute notre expression en composantes fonctionnelles convenablement sélectionnées et articulées).

Voici donc une douzaine de mots ummites, parmi environ 1400 qui émaillent ces documents, mots dont l'échantillonage donne une bonne idée de la fabrication du langage ummite.

 

 

BUAWE              Ce vocable apparaît dix fois. J'ai retenu, en A13.135 "C'est ainsi "qu'a été généré" BUAWE BIAEI (peut se traduire par "ESPRIT COMMUNAUTAIRE ou SOCIAL" qui représente,…". On reconnaît le segment BUA qui exprime "contributions (B) obligatoires, nécessaires (UA) [voir combinaisons courantes]", c'est-à-dire "contributions nécessaires". Le segment WE exprime "variations, changements, évènements, nouveauté, information (W) image mentale, perception, sensation (E)", c'est-à-dire "la représentation mentale des informations". Le vocable complet désigne "les contributions obligées des informations de perception".


BUUTZ                Ce vocable apparaît quatre fois. J'ai retenu, en A23.44 "Le système de traction consiste en un BUUTZ (MOTEUR) de GOONNIAOADOO (ETAT SPECIAL DE LA MATIERE QUI N'EST PAS SOLIDE, NI LIQUIDE, NI GAZ),…". Cité par Moya en ref 73: "moteur". Le segment BUUT exprime "contribution (B) dépendance (U), en symétrie, à égalité, en équilibre, en équité, en réciprocité (U) évolution (T)", c'est-à-dire "contribution à l'évolution de la dépendance en symétrie, à égalité, partagée". Il s'agit d'exprimer que cette dépendance est le lot commun, de tous, également vécue. Toute motorisation constitue un accroissement de dépendance (de l'humain) vis-à-vis de la technologie qu'il a construite. Le son Z, qui doit être lu DS (Z=DS, voir phonétique), exprime "manifestation, forme (D) rond, cercle, tour, cycle (S)", c'est-à-dire "des manifestations cycliques" ou des "formes répétitives". Le vocable complet, associé à l'indication MOTEUR désigne "[un équipement avec] des formes répétitives contribuant à l'évolution de la dépendance partagée".


EDUU           Ce vocable n'apparaît qu'une fois en A17.186 "Le Nerf optique (en violet) transmet ces impulsions après qu'il se soit produit une première WOO EDUU (synapse) dans la YAAESIOO BUEA (corps latéral du Thalamus) du UNIIEAYAAEBU (écorce occipitale)". Qu'est une synapse? Il s'agit de la zone d'interconnexion de deux neurones, dans laquelle des informations transitent par le biais de variations chimiques (les neurotransmetteurs) et de différences de potentiel électrique qui "transportent" l'information d'un neurone à l'autre. Cette "zone de transmission" est le témoin de la dépendance réciproque des neurones. La lecture brute donne "image mentale, perception, sensation (E) manifestation, forme (D) dépendance (U) en symétrie, en équilibre, à égalité, en équité, en réciprocité, en retour (U)", c'est-à-dire "[zone de] perception de manifestations de dépendance réciproque".


ENMOO                   Ce vocable apparaît trente-quatre fois dans divers documents, pour l'unité courante de mesure de longueur, en particulier définie scientifiquement dans D37.4 "126 fois la longueur d'onde du faisceau émis par la galaxie OAATAS, soit 1,873658 mètre". Cité par Moya en ref 98 "Unité de mesure de UMMO (1,8736658.. mètre)". L'orthographe ENMMOO du D41.12 diffusé par le Gesto est une erreur de recopie. Le calcul donne une longueur d'onde de 6,274842.10-7 m ou encore 62,7448 microns. La lecture brute donne "image mentale, perception, sensation (E) flux, transfert (N) juxtaposition, réunion, association (M) entité, être, existence, créature, réalité dimensionnelle, atome (O) en symétrie, à égalité, en équilibre, en équité, en réciprocité (O)". Par comparaison avec MOO dans XANMOO (voir ce vocable), je transcris par "association inter-atomique", qui correspond aux indications du contexte. Le vocable complet désigne "la représentation mentale d'un flux d'association inter-atomique"


GOODAA        Ce vocable n'apparaît qu'une fois, en A13.137 "Elles sont toutes inaptes à être mesurées analytiquement et insérées dans le cadre de la réalité objective avec des concepts tels que GOODAA (état liquide de la matière)..". Cité par Moya ref 115 "Etat liquide de la matière". On reconnaît le segment GOO (voir le vocable) qui exprime "organisation équilibrée ou stable des constituants". Le segment DAA exprime "manifestation, forme (D) équilibre effectif, égalité de fait, symétrie réelle (AA) [voir combinaisons courantes]", ce qui caractérise les "liquides". Le vocable complet désigne "l'organisation stable des constituants avec manifestation d'équilibre effectif".  On ne peut discuter que l'état de la matière soit une organisation stable des constituants. Tout liquide a la propriété, comme conséquence de la gravité et de sa densité homogène et de sa fluidité, de présenter une surface "égale", "en symétrie effective", horizontale. On trouve ici un élément fort de cohérence du dossier, car l'évocation d'un liquide par sa caractéristique d'équilibre ou d'égalité (de surface) ne fait partie d'aucune culture de la Terre. Le liquide est défini, dans toutes nos langues, par sa fluidité, sa capacité d'écoulement et par son état intermédiaire entre le solide et le gaz. Nous utilisons, certes, sa caractéristique d'équilibre de surface dans nos niveaux à bulle (indirectement) pour définir l'horizontale, mais sans y faire une référence culturelle ou sémantique.


IDIA           Ce vocable n'apparaît qu'une fois, en A23.41 "Ajouter de l'IDIA OIXII (lait gras de (MAMMIFERE VOLANT)". La citation par Moya en ref 138 dans l'expression IDIA GIIDI est une double faute de transcription de IDIIA GIIDII (voir IDIIA). La traduction de la citation par Moya en ref 139 IDIA OIXII "Du lait graisseux d'OIXIIXII, mammifère qui vole", résulte d'une confusion des textes (voir IDIIA). La lecture brute donne "différent, autre, distinct, séparé, varié (I) manifestation, forme (D) différent, autre, distinct, séparé, varié (I) vérité, action, effectivité (A)", c'est-à-dire "action différente sous une forme séparée". C'est une description fonctionnelle d'un adjuvant, qui étant "ajouté" se présente sous une forme séparée, et est lui-même différent. On observe la pensée fonctionnelle: les auteurs n'expriment pas que l'adjuvant est différent, ils formulent qu'il "a une action différente", que l'on peut supposer complémentaire, correctrice, etc.. On constate aussi que l'indication associée n'est pas une traduction, mais un complément informatif. Le contenu logique du vocable exprime clairement l'aspect "assaisonnement" en tant que complément, différent dans son origine (altérité) et dans sa forme (lait, poudre, etc..). La forme "séparée" évoque le fait que l'ingrédient est ajouté, qu'il ne fait pas partie de ce qu'il complète.


ISOO         Ce vocable n'apparaît qu'une fois, en A16.152  "La responsabilité criminelle et la nature de la sanction pondérée en fonction d'Un CODE LEGAL Standard pour tout UMMO n'est pas dictée par un quelconque tribunal comme sur la TERRE mais par le réseau XANMOO ISOO AYUBAA (120 Ordinateurs ou Calculatrices - automatiques qui régulent la structure socioculturelle de UMMO)". Cité par Moya ref 370 dans l'expression XANMOO ISOO AYUBAA "120 ordinateurs". XANMOO peut être transcrit par ordinateur, et AYUBAA par réseau pour l'équilibre. La lecture brute du vocable ISOO donne "différence, autre, distinct, séparé, varié, écart (I) rond, cercle, tour, cycle (S) entité, être, créature, existence, composant (O) en symétrie, en équilibre, à égalité, en équité, en réciprocité (O)", c'est-à-dire "écart de cycle dans l'équité entre les créatures" ou "écart répétitif dans l'équité entre les créatures". Ce que tous les commentateurs du dossier, et Moya Cerpa le premier, ont pris pour une traduction n'en est pas une. C'est tout juste une indication "culturelle". En revanche, on observe que la langue précise le caractère "pénal" du vocable, puisqu'il évoque "les manquements répétés" aux cycles et à la permutation "nécessaires" à l'équilibre social, à l'équité.


NOI          Ce vocable n'apparaît pas isolé, mais dans des expressions, comme NOI OAI cité par Moya ref 191: "Fonction PSI", ou dans une autre citation de Moya ref 192: "Histones" dans l'expression NOI OULOO ou encore en D58.9: "histones" dans la même expression. Il est nécessaire de rappeler ici la définition d'une histone: "protéine contenant du soufre et de la tyrosine, associée à l'A.D.N. du noyau cellulaire et qui interviendrait dans la transmission du message génétique" [Le petit Larousse].

Je cite l'extrait des documents Aguirre A18.5 "Il existe parmi nous de terribles maladies inconnues chez vous, par exemple, ce qu'on appelle OANEEA-IAWA-OAI dans lequel le sujet souffre du dérangement de ses facultés NOI-OAI (appelée par la science parapsychologique terrestre, fonction PSI) et émet de manière désordonnée et à grande fréquence des millions d'impulsions BUAE BIEEE vers des centaines de mille d'êtres de UMMO, un peu de la manière qu'une de vos émissions se dérange et émette à toutes les fréquences, des millions de récepteurs captant de folles interférences". La lecture brute donne: "flux, transfert (N) entité, existence, créature (O) différent, autre, distinct, varié, séparé, opposé (I)". Ce que je reformule par "flux [vers] des créatures différentes", que l'on peut rendre aussi par "message".


OEMII          Ce vocable est l'un des plus fréquemment cités: il apparaît une centaine de fois. C'est parfaitement normal, dans une démarche didactique, puisqu'il est la formulation même d'un concept fondamental qui n'a pas d'équivalent dans notre système de représentation de l'Univers. On l'a vu à propos de l'âme et du 3ème facteur de l'homme (voir Civilisation des Ummites, vol 1). Ce vocable sert à désigner l'homme en général, en tant qu'ensemble vivant doté de tout ce qui est associé à l'âme et à l'esprit collectif. Pour les Ummites, l'homme est un être vivant, une créature (O) qui ressent, qui a des images mentales (E) en relations, associées à (M) son isolement, au  confinement qu'impose sa planète (II). L'OEMII est un être dont les images mentales sont en association planétaire, dérivent d'un même "moule" planétaire (allusion à l'esprit collectif). Ce qui conduit à formuler que le vocable OEMII désigne une "créature avec des images mentales en relation à son isolement planétaire".


UAMII              Ce vocable apparaît deux fois, en A10.89 "UAMII (ALIMENTATION ADEQUATE)" et en A25.80 "…la vision d'un de nos enfants durant le UAMII (REPAS) dans l'UNAWO UI (COLONIE UNIVERSITAIRE)". Le vocable qualifie aussi bien le contenu alimentaire que la phase d'alimentation, toutes deux fonctionnellement nécessaires. On reconnaît le segment MII qui désigne "les relations, associations, juxtapositions (M) isolement, limite, frontière, enveloppe (II)", c'est-à-dire "en relation avec l'isolement". Le segment UA exprime aussi bien la nécessité ou l'obligation que la dépendance (U) effective (A). On retrouve un parallèle saisissant avec nos langues qui désignent sous le vocable "alimentation" aussi bien le contenu que le processus. UAMII exprime en langue ummite "[le facteur de] dépendance effective en relation avec l'isolement". C'est bien la première sujétion attachée à l'isolement.


UMMOAELEWEE     Ce vocable apparaît presque trente fois, autant dans le corps des documents qu'en en-tête: il désigne le "Gouvernement Central de UMMO". J'ai retenu A4.44 "Mais à partir de l'âge de 13,7 ans (terrestres) ils passent, comme vous l'appelez, sous l'autorité parentale du Conseil de UMMO (UMMOAELEWEE)" et A87 "…et l'autre veiller à ce que l'équilibre de forces soit maintenu dans le CONSEIL GENERAL DE UMMO (les quatre membres du UMMOAELEWEE)". L'orthographe UMMOAELEXEE en D68.6 est une erreur de recopie. Ce vocable n'est pas cité isolément par Moya, mais en ref 287, dans l'expression UMMOAELEWEE OA "Conseil de UMMO". La répétition du soncept E dans le segment AELEWEE invite à la lecture d'attribut commun (voir sémantique) selon (A et L et WE)-E. Le groupe (A et L et WE) exprime "vérité, action, effectivité, efficacité (A) et équivalence, correspondance (L) et "variation, changement, événement, nouveauté, information (W) image mentale, perception, sensation, idée (E)", c'est-à-dire "correspondance entre changement de représentation mentale et effectivité, efficacité". Le soncept E exprime "image mentale, perception, sensation". Le segment AELEWEE évoque "l'image mentale de la correspondance entre changement de représentation mentale et efficacité". Le gouvernement central est donc caractérisé par son souci d'évaluer tous les projets (qui ne sont que des changements dans le ressenti des administrés WE) à l'aune de leur efficacité! On se rappellera que UMMO évoque "des créatures en relations égales de dépendance". Le vocable complet désigne alors "[ceux qui] ont l'image mentale de la correspondance entre changement de représentation mentale et efficacité pour des créatures en relations égales de dépendance". Ne s'agit-il pas là d'une très belle définition fonctionnelle [et théorique pour nous] d'un gouvernement?


WOA              Ce vocable apparaît plusieurs dizaines de fois, ce qui n'est pas surprenant puisque portant l'évocation du Dieu-créateur des Ummites. Et qu'ils ne ménagent pas les exemples et les citations pour mettre en évidence les éléments de parallèle entre le Jésus-Christ des chrétiens de la Terre et leur UMMOWOA. D'autre part, de très nombreuses citations sont faites pour souligner la conception à la fois déiste et scientifique de leur Dieu-Créateur étroitement intégré à leur théorie unitaire. Elle est magnifiquement illustrée par le vocable WOA.  Mais d'abord, quelques citations: en D58.23, deux fois: "DIEU", en D47.6: "CREATEUR ou DIEU", en Ribp56: Dieu transcendant-au-cosmos, en D792.25: présenté une fois comme "le pôle cosmique d'information", en D792.12, cinq fois: "centre cosmogonique codificateur de ces configurations possibles". Cité par Moya en ref 355: "Dieu. Générateur". La lecture brute donne: "Variations, changements, évènements, informations, nouveautés (W) entités, êtres, existences, créatures, réalités dimensionnelles (O) vérité, action, effectivité (A) [avec OA pour ce qui donne leur vérité (A) aux créatures (O), c'est-à-dire leur "texture", leur "ourdissage", ce qui leur est "sous-jacent"]. Le vocable WOA désigne les "variations sous-jacentes" ou les "variations-ourdissage" ou encore les "variations-canevas" ou encore les "variations-texturantes".

La conception ummite de l'Univers est celle d'un espace cyclique animé de variations cycliques permanentes selon toutes les dimensions (voir Une autre vision de l'univers vol I). On comprend pourquoi il y a "identité" entre l'Univers et Dieu, pourquoi il est présenté comme "créateur". J'ajouterais "animateur". On comprend aussi pourquoi il est "omniprésent", l'ensemble étant affirmé sur des bases scientifiques. 


Je pose la question: Quel service secret terrestre, plus simplement quel individu terrestre a pu inventer tous ces concepts et créer la culture détaillée qui sous-tend avec précision tous ces vocables? Tout en faisant le maximum pour éviter une diffusion de masse de ses idées? Et dans quel but? 

 

Vocables des lettres "NR" françaises.

 

NR 13 / NR 14 / NR 15
Etude J.Pollion (30/06/03)

 

Considérations globales

Concernant les vocables ummites de ces documents, j'observe la répartition suivante :

Lettre NR13     : citations    52   vocables dont   7       vocables non connus.
Lettre NR14     : citations    24   vocables dont   1       vocables non connu.
Lettre NR15     : citations    36   vocables dont   5       vocables non connus

Tous les vocables connus voient leur orthographe modifiée en remplaçant le son U (espagnol) par le couple OU, ce qui respecte la phonétique française et assure la continuité de représentation des phonèmes prononcés. Ces transcriptions différentes ne sont pas comptées comme vocables nouveaux.  Une fois cette transcription faite, tous les vocables nouveaux sont clairement compréhensibles et totalement intégrés à leur contexte. Des subtilités apparaissent dans les variantes orthographiques, en particulier pour OAWOLEIIDA et UWAMM, qui sont le reflet des situations décrites.

Les vocables en rouge sont nouveaux, les autres, déjà connus, ne sont pas traités. Dictionnaire succinct, en première intention.

Traitement par ordre alphabétique J.Pollion  03-06-30

                                           --------------------------

ADAA 67     on a eu  ADAA 66  Connu.  

AYIOA   1       (NR13-14-15)- Nouveau .  Effectivité (A) ensemble (Y) autre, différent (I) constituant, élément (O) effectif (A) [avec OA = texture, ourdissage]. Le nom de cet homme est associé à "effectivité d'un ensemble de différentes textures". Idéalement adapté à l'étude des couches ou strates géologiques?, comme celle d'un volcanologue. Il y a bonne continuité des noms. 

AAYUBA     (NR13)    pour AAYOUBA ( transcription francophone) inconnu. Version

différente de AYUBAA . Je lis ici "effectivement permanent, équilibre effectif AA l'ensemble Y dépendant U des contributions B effectives A. Le réseau n'est plus décrit ici par la réalité d'un ensemble (AY) mais par la réalité de l'équilibre de l'ensemble (AAY) ce qui est une affirmation forte (dans la bouche de l'auteur) de l'efficience du système. D'une façon comparable, les contributions ne sont plus décrites que par leur réalité (BA). Le réseau est ici décrit comme "l'équilibre effectif de l'ensemble dépendant des contributions réelles". N'oublions pas que pour le signataire de cette lettre, c'est le réseau qui assure, par sa présence, l'impossibilité de présence d'un intrus : aucun acte de la vie n'échappe à l'enregistrement de traçabilité !?

BUAWA  pour BOUAWA (transcription francophone). connu D792. 

DOOKAAIA    (NR13) Nom de la planète des premiers explorateurs d'Ummo. Déjà citée en D541. Transcrite par TOOKAAIA en D41 (il peut y avoir eu confusion phonétique entre le T et le D phonétiquement très proches), la date donnée est conforme. 75/231  

E  IXOO  7           (NR13-14-15) Nouveau. Image mentale, idée  E   Autre, différence (I) organisation, agencement (G) cycles, cercles, ronds, alternances (S) des constituants permanentes (OO), soit "idée d'une organisation différente des cercles ou alternances permanentes". Il est vulcanologue et il s'agit des couches constitutives des planètes (on pourrait associer le segment XOO à la géologie : XOOIMA, XOODIUMMO, etc..). Comme il l'explique dans la lettre, il est à l'origine d'idées nouvelles sur les interactions "stratigraphiques" d'où les couches, qui sont "alternées"?

IBOSZOO U pour IBOSZOO OU  (NR13).  La dépendance n'est pas permanente ou symétrique. Sans doute pas dans le début de modèle qu'en avaient fait les ummites. Attention à l'orthographe de IBOSZOO, déjà vue et à réanalyser pour affiner.

INNAYUYISSAA   pour INNAYOUYISSAA (NR13) orthographe voisine de INNAYUYISAA connu. Le vocable exprime ici la permanence, la durabilité, la constance de SA [doublement SASA, exprimé par SSAA, voir continuité dans les segments page 417-418], c'est à dire alternances (S) effectives (A). La présence du corps expéditionnaire est décrite par la "permanence d'alternances effectives", ce qui correspond au roulement des expéditionnaires qui viennent et repartent.

INNOYAGOU pour INNOYAGOOU [orthographe francophone] (NR15) (géologie stratigraphique). L'organisation (G) des constituants (O) dépendants (U) (GOU) d'une planète (OYA) et variété (I) des échanges (NN) ou flux en équilibre (NN). L'étude  de "La variété des flux en équilibre d'une planète et l'organisation des constituants permanents en dépendance" définit tout à fait la "géologie dans sa partie étude des couches".

OAWOLEA  UEWA pour OAWOLEA  OUEWA  (NR13) autre orthographe d'une expression connue. Chaque vocable est connu, mais l'association est nouvelle. Pas de signification spécifique.

OAWOLEIIDA        (NR13)   Il s'agit encore d'une expression de la localisation de l'effet, de son confinement (II) (à l'intérieur de la II-TOA ). Variante qui indique l'issue incertaine de l'opération, car la manifestation (D) n'est plus d'un équilibre effectif, mais seulement effective (A). La notion d'équilibre ou de permanence a disparu: la conversion dimensionnelle n'est pas convenablement conclue, conformément à l'explication du texte. 

OAWOLEIIDAA      (NR13)   variante non connue de OAWOOLEIDAA . Exprime le caractère confiné, localisé (II) de la perception des manifestations en équilibre effectif  (LE- -DAA).

OEMII    connu

OEMMII   connu. 

OOWA 3  connu précédemment sous OOUA 33 ou OOWA 33

SANMOO       connu 

UAA pour OUAA.  connu.

UDIO OEY pour OUDIO OEY (transcription francophone). (NR15) voir UDIOWEE pour le segment UDIO. OEY se lit "constituants (O) à perception (E) volumique ou sphérique (Y)". Ce qui fait de ce volcan, celui des "manifestations dépendantes de divers constituants à perception en volume". Le lien est ici le O qui est répété dans les vocables de l'expression, et on peut déduire de ce deuxième vocable que ce sont les différences de volume (gazeux ou solides) qui sont suivies.

UDIOWEE pour OUDIOWEE (orthographe francophone) (NR15)  Nom d'une colonie, probablement de recherche volcanologique ; voir le nom du volcan UDIO OEY.  Le nom de la colonie évoque les changements, nouveautés (W) des modèles (EE) ou les changements (W) dans l'enregistrement (EE) de l'UDIO. UDIO évoque les manifestations dépendantes, de divers constituants. UDIOWEE désigne les "nouveautés dans les enregistrements des manifestations dépendantes de divers constituants". Ce qui me laisse penser que c'est l'analyse et la comparaison de produits rejetés par le volcan dans leurs enregistrements qui conduit au modèle prédictif qui est cité dans la lettre.

UEWA pour OUEWA           connu

UMMO pour OUMMO . connu

UMMOAELEWE  pour OUMMOAELEWE  connu

URIEE 29  pour OURIEE  29 (transcription francophone) . Nouveau. (NR13-14-15). A rapprocher de UREE 11 du D742.  "Traces ou empreintes (UR) des écarts (I) avec les modèles (EE): allusion probable (voir la cité de résidence des volcanologues) aux modèles différents comme ceux de la Terre et d'Ummo par exemple ou à la remise en cause des acquis antérieurs. On peut aussi lire "Modélisation par la variété des traces"., ce qui correspond à la description de l'activité d'un vulcanologue en recherche de modèle prédictif. 

UWAAM   pour OUWAAM (transcription francophone)  connu.

WAAM-WAAM   connu

WOA        Connu

XEE     connu 

YIE     connu



NR-17   
Etude J.Pollion (05/10//03)

Onze vocables utilisés, dont  4 nouveaux.

ADAA 67         vocable connu, déjà vu NR13, 14, 15.

AYIOA  1         vocable connu, déjà vu NR13, 14, 15.

DORIO 34        NR17-1 & 2      Je lis "Manifestation (D) de créatures (O) [se rappeler   DO = nous sommes des créatures] qui imitent (R) d'autres (I) créatures (O) [Nous, et c'est évident, puisque cette lettre est écrite dans notre langue et que nos amis l'intègrent par respect de nos coutumes]. Le nom de cet ummite [ Nous sommes des créatures qui imitent d'autres créatures] exprime bien, lui aussi, une fonctionnalité du corps expéditionnaire, le rattachement-prétexte étant sa paternité. 

E IXOO 7            vocable connu, déjà vu NR13, 14, 15

NABGAA  112      NR17-1 & 2. Ce vocable se lit directement : Flux (N) effectif (A) de contribution (B) à une organisation (G) en effectivité constante (AA) [sans à coup]. Exactement ce que nos politiques ont un jour appelé "le changement dans la continuité". La signataire de la lettre a bien pour fonction de contribuer à une telle évolution, puisque le contenu de la lettre véhicule clairement des orientations ou des mises en garde. Selon ma lecture, son nom qui évoque "un flux [informatif] actif de contribution à une organisation sans perturbation" constitue une excellente intégration du vocable au contexte.

OEMMII          Vocable connu, déjà vu.

OSSEII  55  (ou 53)    NR17-1 : "..après le départ de E IXOO 7 fils de OURIEE 29 et de OSSEII 55 fils de OSSEII 53." Quelques considérations préalables sont ici nécessaires. Le seul rattachement actuellement possible de OSSEII 55 est celui de la NR17, de sa juxtaposition avec E IXOO 7 dont les activités ont été volcanologiques. Il est décrit comme faisant partie de l'équipe précédente. En attestent "ces frères m'ont transmis les flux d'information..." et la déclaration de départ immédiat de E IXOO 7 pour le 11 juin dans la NR15, confirmée ici par l'indication que OSSEII 55 est reparti avec ce dernier par la même "navette". Ils ont d'ailleurs pu donner copie de leurs lettres ["flux informatifs"] à NABGAA en passant à Bruxelles, puisque le départ était situé en Belgique ou Pays-Bas (et probablement dans une zone à cheval sur la frontière).

Les soncepts SS n'expriment pas directement les strates sphériques de constitution des planètes, lesquelles sont plus volontiers exprimées par leur organisation dans XOO (GSOO) que l'on retrouve souvent, dont E IXOO.

Il faut donc chercher autrement et on peut lire "EII = perception (E) locale, isolée (II) des cycles (S) durables, permanents, stables (S) des éléments, constituants (O).

La place de cet ummite se justifie bien en relisant la NR15, accompagnateur d' E IXOO 7 comme c'est probable : il a, avec lui, "placé des instruments de mesure souterrains". C'est-à-dire pour la "perception localisée, isolée ou confinée (EII)". L'idée fondamentale du double soncept II exprime l'isolement, le confinement assimilable ici, pour la première fois, à "souterrain". Ces instruments de mesure visent à détecter les cycles installés (SS) (durables, stables) des constituants (O) (destinés d'abord à observer pour ensuite prévoir les phénomènes : éruptions, tremblements de terre, etc..). Or c'est justement ce qu'ont commencé à mettre au point, sous la direction d'Haroun Tazieff, Franco Tonani (équivalent de E IXOO 7, tous deux théoriciens) et Yvan Elskens (équivalent "métrologique" de OSSEII 55), sujet abordé dans la NR15 (*)

Son nom exprime ainsi "la perception souterraine (confinée) des cycles stables des constituants". C'est l'ummite de l'instrumentation volcanologique (au moins dans ces lettres).

(*) Extrait de la biographie de Haroun Tazieff par François Leguern sur Internet:

"Afin de régler ces problèmes, à partir de 1963 Tazieff, entouré de Tonani et Elskens (l'un théoricien, l'autre praticien), vont adapter puis développer des appareils totalement inventés pour les volcans, tubes analyseurs puis coco doseur baptisé du surnom de son inventeur : Yvan Elskens.

OUMMO             Forme francisée de UMMO . vocable connu, déjà vu. 

OUMMOAO        NR17-2 : "..ou appropriation de notre identité OUMMOAO.." . 

                              Forme francisée pour UMMOAO . La répétition du soncept O invite à la lecture d'attribut commun selon [UMM et A]-O . UMM se lit dépendance (U) relations stables (MM) ou "en relations stables de dépendance". A exprime l'effectivité. L'identité ummite est exprimée ici par "[celle de] créatures effectivement en relations stables de dépendance".

OUMMOAELEWE   Forme francisée de UMMOAELEWE vocable connu, déjà vu.

OURIEE  29        vocable connu, déjà vu NR13, 14, 15.


NR-18   
Etude J.Pollion    (02/01/04)

Considérations globales

Concernant les vocables ummites de ce document, j'observe la répartition suivante :

Citations  37 vocables dont  7  vocables non connus, avec 2 expressions nouvelles.

Tous les vocables connus voient leur orthographe modifiée en remplaçant le son U (espagnol) par le couple OU, ce qui respecte la phonétique française et assure la continuité de représentation des phonèmes prononcés. Pratique déjà constatée dans les lettres en français, singulièrement depuis avril 2003. Ces transcriptions différentes ne sont pas comptées comme vocables nouveaux.

Nouveauté (probablement (?) en réponse au problème que j'ai signalé sur la liste) : comme cette substitution peut faire apparaître des assemblages indésirables de soncepts, les Ummites insèrent, s'il peut y avoir confusion, un caractère supplémentaire de séparation "· " entre les groupes OU et le reste du vocable . Exemples : OU· OULODAXAABII ou OU· OUYIIE.

Une fois cette transcription faite, tous les vocables nouveaux sont clairement, facilement compréhensibles et totalement intégrés à leur contexte. Il y a une forme de continuité et d'intégration remarquables (segments sub-mots ou expressions) des nouveaux vocables dans l'ensemble.

Du fait de l'apparition de nouvelles expressions, les vocables constituants sont traités individuellement et les expressions correspondantes sont traitées en fin de liste.

Les vocables en rouge sont nouveaux, les autres, déjà connus, ne sont pas traités ou alors juste rappelés. Dictionnaire succinct, en première intention.

Traitement par ordre alphabétique J.Pollion  04-01-02

                                        --------------------------

AAXAA       Vocable connu (D68a T9-43) pour AAGSAA "Organisation (G) cyclique ou circulaire (S) [ou cercle organisé] dans la continuité de l'efficience (AA) [XAA = GSAA = une colonie] pour la continuité de l'efficience (AA)". Dans l'ordre de lecture, le premier AA évoque l'équilibre, la continuité général(e) et le deuxième l'équilibre, la continuité local(e). Cette colonie, en charge de la gestion de la planète est d'abord un équilibre local pour l'équilibre général.

ADAA 67      Vocable connu 

AOOUIAOEMII    Pour AOUIAOEMII : orthographe francisée.  Vocable connu (T9-43)

AOUWOA SAAOA   Pour AUWOA SAAOA : orthographe francisée. Expression connue

AYIOA 1       Vocable connu

DORIO 34       Vocable connu

GOABAAAE       Vocable connu  (traité dans les noms propres, mais traduction de BAAAE probablement à revoir). Il désigne exactement le même lieu, dans le même contexte de Centrale Informatique.

IOUMMA    Pour IUMMA : orthographe francisée. Vocable connu

IWOONA    Page 2 : "La procréation d'un second enfant doit faire l'objet d'une demande motivée et recevoir une autorisation de la part du IWOONAOUIWAAGOO (groupe de planification des naissances)". On retrouve le segment IWO qui évoque la procréation (voir IWOUAXOO D41-12 T8-60à63) en désignant "autre, différente (I) nouveauté (W) continuité des créatures (OO). Le segment NA exprime le flux (N) effectif (A). IWOONA évoque donc "Le flux effectif de continuité des créatures par des nouvelles [créatures] avec un différent [par des procréations]". Quelque chose que nous pourrions rendre par le "courant réel de renouvellement des êtres par procréation".  

KOAEE       Vocable connu

NABGAA 112    Vocable connu

OEMII         Vocable connu

OEMMII       Vocable connu

OMGEEYIE          Vocable connu

ONAWO WOUA      Pour  ONAWO WUA : orthographe francisée. Expression connue

OUAWABAAAE   Pour UAWABAAAE : orthographe francisée. Page 1 :" Nous mesurons comme vous le temps en fonction du parcours apparent de notre soleil IOUMMA durant un XII (jour). La référence géographique est arbitrairement donnée par la petite île équatoriale circulaire OUAWABAAAE mentionnée sur la carte surmontée d'un glyphe contenant un cercle symbolisant l'équateur. Cette île nous sert d'origine des coordonnées horaires de façon tout à fait similaire à votre méridien de Greenwich".

Le segment  UAWA évoque "la dépendance (U) réelle (A) des variations (W) effectives (A). Le segment BAAAE évoque "la contribution (B) à la stabilité, continuité effective (AA) de la réalité (A) des perceptions (E)". Si les fuseaux horaires n'existaient pas, il y aurait un décalage entre les perceptions des individus (jour/nuit) et l'heure conventionnelle et ce serait perturbant, non "effectivement stable". C'est pourquoi le dispositif est déclaré "contribuer à la stabilité effective de la réalité des perceptions". Comme cette île est une référence, elle est la base des variations (de l'horaire) : les autres en sont dépendantes. On perçoit bien une forme de pensée et d'expression franchement exotiques. Le nom de l'île désigne "[le lieu] de dépendance (U) réelle (A) des variations (W) effectives (A) contribuant (B) à la continuité d'efficience (AA) des perceptions (E) réelles (A)".  

OUIW      Pour UIW : orthographe francisée. Vocable connu

OUIWAAGOO     Pour UIWAAGOO: orthographe francisée. Page 2 : "La procréation d'un second enfant doit faire l'objet d'une demande motivée et recevoir une autorisation de la part du IWOONA OUIWAAGOO (groupe de planification des naissances)". Segment UI évoque"particulier, spécifique" (voir combinaisons courantes). WAA évoque "le changement (W) dans la continuité de l'efficience (AA)" ou encore "le changement sans perturbation". GOO évoque l'organisation (G) de la continuité des créatures (OO), donc le renouvellement des générations. Le vocable UIWAAGOO exprime ainsi "les modifications particulières, dans la continuité de l'efficience, de l'organisation de la continuité des créatures". 

OUMMO         Pour UMMO : orthographe francisée. Vocable connu

OUMMOAA   Pour UMMOAA : orthographe francisée. Vocable connu (T8-2)

OUMMOAELEWE   Pour UMMOAELEWE : orthographe francisée. Vocable connu

OUNNIOBIEWIA       Pour UNNIOBIEWIA: orthographe francisée. Page 2 : "En général, cette demande est acceptée si le premier enfant a déjà atteint un niveau OUNNIOBIEWIA (développement intellectuel et psychomoteur) suffisant pour lui permettre une autonomie?". Ce vocable est construit autour de 3 segments : UNNI que l'on reconnaît pour évoquer le "cérébral", en exprimant "la dépendance (U) de flux permanents, continus (NN)" différents, divers variés (I). Le cerveau est parcouru par une variété d'impulsions nerveuses continuelles dont nous sommes dépendants. Le segment OBIE qui évoque "créature (O) contribution (B) autre, différent, varié (I) image mentale, perception (E)" ou encore "la contribution à la créature des différentes images mentales". Le segment WIA déjà rencontré pour évoquer "la preuve" par "l'information (W) différente (I) effective (A). Le vocable UNNIOBIEWIA désigne ainsi "la preuve de la contribution des différentes images mentales aux flux permanents et variés de dépendance de la créature". Ce vocable exprime que l'enfant a, à ce stade, déjà accumulé assez d'expériences sensitives diversifiées dans les flux d'impulsions nerveuses de son cerveau. Construction des pondérations synaptiques associées à l' "acquis" par opposition à l' "inné". Vocable non simple et complètement en situation contextuelle.  

OUOULODAXAABII       Pour UULODAXAABII : orthographe francisée. Page 2 : "?suffisant pour lui permettre une autonomie d'apprentissage par les moyens domestiques mis à sa disposition dans l'OUOULODAXAABII (chambre audiovisuelle) où il doit faire des exercices quotidiens". On distingue le segment UUL, déjà rencontré pour "visuel, optique ou visible". Le segment DA évoque la manifestation (D) effective ou de la réalité (A). Le segment XAABII est déjà connu. Il évoque un emplacement, un endroit, un spot, un cercle (S) organisé (G) [XAA = GSAA], lieu de la "continuité de l'efficience (AA) avec une contribution (B) isolée, séparée, localisée (II)". Le vocable UULODAXAABII désigne "le cercle (S) organisé (G) de continuité de l'efficience (AA) par contribution (B) isolée, localisée (II) à la manifestation (D) visuelle, optique (UUL) de la vérité (A)". Le rendu par "chambre audiovisuelle" est intéressant, mais ampute sérieusement ce qui est véhiculé par l'expression originale. La transcription se passe de commentaire. Je retiens toutefois la "continuité de l'efficience (ou de la réalité)" qui exprime aussi l'idée de formation continue, non pas dans les faits, mais dans la fonctionnalité.

OUOUYIIE      Pour UUYIIE: orthographe francisée Vocable connu  TP119

OUWAAM      Pour UWAAM : orthographe francisée. Vocable connu

OYAGAA       Vocable connu

SANMOO AYOUBAA    Pour SANMOO AYUBAA : orthographe francisée.  Expression connue

WAAM        Vocable connu

WOABAAAE         Page 1 : "Vous pouvez également remarquer, au centre de ce lac, l'île WOABAAAE où l'on peut admirer un grand bâtiment en forme d??uf translucide de couleur feu, dédié à la méditation et au culte religieux". On reconnaît le segment WOA qui désigne "Dieu". Le segment AAAE évoque "la contribution (B) à la stabilité, continuité effective (AA) de la réalité (A) des perceptions (E)". Le segment AE peut se lire aussi comme les décisions (voir combinaisons courantes). On comprend alors BAAAE comme "la contribution à la continuité de l'efficience (BAA) des décisions (AE)". Le lieu "suprême" de méditation, (curieusement proche du siège du gouvernement central, ce qui ne me semble pas innocent) est " [le lieu où] "Dieu (WOA) contribue (B) à la continuité de l'efficience (AA) des décisions (AE)". La cohérence se passe de commentaire. 

WOAROO      Page 1 : "?couvrant la grande presqu'île équatoriale nommée WOAROO AAXAA. Cette île fortement urbanisée abrite nos centres législatifs et religieux". Dans WOAROO on lit "modification, changement (W) ourdissage (OA) et imitation (R) créatures stables, permanentes, continues (OO)". L'ourdissage est le substrat, la trame législative, ce qui sous-tend l'organisation. L'imitation de la permanence des créatures nécessite une explication : les créatures, les individus évoluent, mais restent fondamentalement les mêmes. En ce sens ils sont des créatures "en continuité". L' "imitation de la continuité des créatures", c'est l'adaptation des lois à l'évolution des personnes. Concept développé autour d'un exemple dans la page qui suit l'expression OAROO AAXAA (D68a). WOAROO exprime "Les changements (W) de l'ourdissage (OA) par imitation (R) de la continuité des créatures (OO)". Le vocable AAXAA, connu qui doit être lu AAGSAA, évoque un "emplacement, une colonie pour l'effectivité permanente, la stabilité effective". 
L'expression complète désigne cette région comme "la colonie des changements de l'ourdissage, par imitation de la continuité des créatures, pour la stabilité effective".

XAABII        Vocable connu

XANMOO          Vocable connu

XEE        Vocable connu

XII               Vocable connu

YIE           Vocable connu

                                                                                                                      ------------------------------------

Expressions traitées comme telles :

IWOONA OUIWAAGOO Pour IWOONA UIWAAGOO: orthographe francisée. Page 2 :    "La procréation d'un second enfant doit faire l'objet d'une demande motivée et recevoir une autorisation de la part du IWOONA OUIWAAGOO (groupe de planification des naissances)".
L'expression évoque "Le flux effectif de continuité des créatures par des nouvelles [créatures] avec un différent" et "les modifications particulières, dans la continuité de l'efficience, de l'organisation de la continuité des créatures".

IWOONA UIWAAGOO désigne ainsi un "[Groupe pour] l'organisation de la continuité des créatures et les modifications particulières, dans la continuité de l'efficience, du flux effectif de procréation de créatures durables". La traduction par "groupe de planification des naissances" est une "jolie" synthèse, non ?

WOAROO AAXAA      Page 1 : "?couvrant la grande presqu'île équatoriale nommée WOAROO AAXAA. Cette île fortement urbanisée abrite nos centres législatifs et religieux". A  rapprocher de OAROO AAXAA (T9-43), autre nom de cette colonie, dont ma première lecture a été erronée. WOAROO exprime "les changements (W) de l'ourdissage (OA) par imitation (R) de la continuité des créatures (OO)".

Le vocable AAXAA (voir ce vocable ci-dessus) désigne "une colonie pour la continuité de l'efficience". L'expression WOAROO AAXAA désigne cette région comme "la colonie des changements de l'ourdissage, par imitation de la continuité des créatures, pour la continuité de l'efficience.


NR-20
Etude J.Pollion (04/03/03)

Il faut pratiquement exprimer O par "entité" (au sens large, logique et philosophique), en le dégageant de l'acception habituelle et ufologique de "créature". Ce soncept, et pour nous ce mot, recouvre autant les réalités palpables, dimensionnelles que les réalités psychologiques ou émotionnelles.

Les principes deviennent:

- AIOOYAA = (VÉRITÉ)
Il existe (A) d'autres (I) entités (O) stables (O) qui sont des ensembles (Y) effectifs (A) stables (A) (ou permanents)
[ la vérité dimensionnelle par AA, (effectivité permanente / non dépendance) - ce qui est matériellement vérifié (les faits constants) ]

- AIOOYEEDOO = (FAUX)
Il existe (A) d'autres (I) entités (O) stables (O) qui sont des ensembles (Y) de modélisation (EE) des manifestations (D) d'entités (O) stables (O). Ce sont les constructions mentales.
[ le caractère "faux" par le support dimensionnel "mentalisé" (théorie, etc...) - ce qui relève des théories, mentalisations et mémorisations (à priori "faux")]

- AIOOYA AMMIE [L] = (peut se traduire : VRAI HORS DU WAAM)
Il existe (A) d'autres (I) entités (O) stables (O) qui sont des ensembles (Y) effectifs (A) de véritables (A) associations (M) stables (M) d'émotions (IE)
[ toute réalité adimensionnelle - ce qui n'est pas descriptible par des équations (sentiments, émotions, et concepts transcendants) ]

- AIOOYAU = (intraduisible en langage terrestre).
Il existe (A) d'autres (I) entités (O) stables (O) qui sont des ensembles (Y) effectifs (A) dépendants (U). En "opposition" (exclusivité) avec le premier principe: quand on est "dépendant", on n'est pas "stable".
On voit par ailleurs mieux se dessiner la différence entre les "réalités" O (entités) et leur vérité expérimentale (A) qui n'est qu'une manifestation, une forme (D) dans une théorie.
[ ce qui est sous dépendance ou sous influence (de l'univers jumeau) - l'existence sous dépendance effective, ce qui est perçu par ses conséquences comme l'action de l'univers jumeau. Il s'agit de réalités dimensionnelles constatées, mais non permanentes, puisque sous influence. On comprend le caractère intraduisible de ce quatrième axiome, puisqu'il fait référence au concept d'univers jumeau, lequel nous était complètement étranger à l'époque du document.]


La réflexion sur ce système de choix et sur cette formulation m'amène à proposer aujourd'hui cette lecture un peu différente du quatrième principe AIOOYAU, je veux dire différente de ce que j'ai écrit dans mon livre. On observe que 3 des 4 termes représentent des états réputés "exclusifs": -dimensionnel effectif, -dimensionnel faux, -adimensionnel L'ensemble de cette logique est cohérent, le panel des axiomes doit donc comporter des propositions de même niveau de logique. Je pense aujourd'hui que le segment AU dans le vocable AIOOY-AU exprime l'effectivité (A) de la dépendance (U), dans une vision axiomatique de l'univers, de la cosmologie. C'est la définition de l'existence des univers jumeaux par leur effets d'influence. Le texte dit "quand il s'agit d'analyser les propriétés de l'espace..."

Je mettrais volontiers en "opposition" les propositions 1 et 4, par AIOOYA-A et AIOOYA-U : il s'agit d'ensembles effectifs (YA), mais ceux du 1 sont (A), ce qui donne AA = permanents, "indépendants", alors que ceux du 4 sont U, c'est-à-dire dépendants. Les plissements de l'espace sont dépendants, ils sont effectifs et dépendants. Ne pas les confondre avec la théorie de leur dépendance de l'univers jumeau qui, elle, relève de la proposition 2.

Nous avons donc bien maintenant 4 propositions exclusives, comme doivent l'être des axiomes, et d'un niveau logique cohérent. Tout "évènement" de l'univers se rattachant obligatoirement à l'une d'entre elles, ce sont bien les 4 propositions fondatrices du modèle cosmologique ummite et unique.



© 2002 - Jean Pollion / Editions Aldane

Accueil > Activités > article 30 > article 31